L’écochèque a-t-il un impact écologique ?

L’écochèque belge a été créé à l’origine pour constituer un instrument salarial fiscalement avantageux plutôt qu’un mode de paiement incitant le consommateur à faire des achats durables. Or, ce dernier effet a bel et bien été constaté. Telle est la conclusion d’une étude menée par l’Université de Hasselt et Indiville scrl.

L’écochèque a une influence positive avérée sur les achats du consommateur belge. Plus d’un travailleur sur deux recevant des écochèques est plus attentif à l’écologie. Le consommateur belge se soucie de la problématique environnementale, mais cette préoccupation se traduit rarement dans ses achats.

L’étude de l’Université de Hasselt et d’Indiville a été réalisée à la demande de la fédération belge des émetteurs de titres repas et d’écochèques (VIA, « Vouchers Issuers Association ») : le donneur d’ordre était donc une partie intéressée. L’étude, à laquelle près de 14.000 consommateurs belges ont participé, portait principalement sur le rôle des écochèques dans l’achat d’appareils électroménagers.

Propension à l’achat

L’étude conclut que les écochèques sont un outil efficace pour stimuler les achats écologiquement responsables. Elle portait sur le rôle des écochèques dans l’achat d’appareils électroménagers porteurs d’un label énergétique A+ ou supérieur, des produits pour lesquels les écochèques sont le plus souvent utilisés. Quelques conclusions :
  • Les consommateurs sont davantage enclins à acheter lorsqu’ils disposent d’écochèques que lorsqu’ils n’en ont pas.
  • À partir d’une valeur de 150 euros, la probabilité que le consommateur achète un appareil électroménager écologique est de 80 % ; sans écochèques, elle tombe à 40 % pour le même appareil.
  • La majorité des consommateurs sans écochèques se prononce en faveur du système.
  • Deux tiers des consommateurs ayant acheté un produit moins écologique ont reconnu qu’ils auraient acheté un modèle plus écologique (label A+ ou supérieur) s’ils avaient pu disposer d’écochèques.
Impact écologique

Les écochèques ont donc un effet positif sur les achats du consommateur belge, mais ils lui permettent également de réduire ses coûts énergétiques. L’étude suggère qu’une extension du système à tous les ménages comprenant au moins une personne active permettrait de réaliser une économie supplémentaire de 22,8 millions d’euros en moyenne. Quant aux commerçants belges (auxquels VIA s’adresse à travers ce communiqué), ils pourraient enregistrer une hausse de leur chiffre d’affaires pouvant atteindre 52,2 millions d’euros si le système était étendu. Il est donc probable que VIA s’appuie sur les résultats de cette étude pour prôner un élargissement du système des écochèques. 

Publié 27-05-2019

  37