L’Europe réduit le plafond 2017 pour les sources qui ne relèvent pas de l’échange de droits d’émission

La Commission européenne a validé les plafonds pour les sources qui ne relevaient pas de l’échange de droits d’émission en Europe (secteur non ETS) en 2017. Pour notre pays, le plafond validé s’élève à 70 824 562 tonnes équivalent CO2, ce qui est inférieur à la limite d’émission prévue.
En 2009, la Commission européenne a décidé que les émissions belges de sources dans le secteur non ETS (transport, bâtiments, agriculture, déchets) devaient baisser de 15 % entre 2013 et 2020. La Commission a attribué à la Belgique un plafond d’émission par an sur la base de ce pourcentage.
Après la publication des chiffres réels d’émission, la Commission procède à une réévaluation et publie le plafond définitif, qui peut être un peu plus ou un peu moins sévère que la marge d’émission initiale. Sur la base des chiffres que les États membres ont communiqués en mars 2019 sur l’année 2017, la Commission a publié les chiffres validés pour 2017.
Pour la Belgique, les plafonds sont plus stricts :
En kt eq CO2
2013
2014
2015
2016
2017
2018
2019
2020
Plafonds d’émission
Plafond annuel
78 380
76 851
75 322
73 793
72 487
71 074
69 661
68 248
Émissions validées
74 265
70 055
72 720
74 063
70 825
/
/
/
Selon Climat.be, le site web fédéral belge pour une information fiable sur les changements climatiques, les émissions des secteurs non ETS en 2017 étaient inférieures de 2,4 % aux objectifs de réduction annuels, soit une baisse globale de 12 % des émissions de CO2. Il ne semble pas que notre pays respectera la réduction imposée de 15 % en 2020.
Les objectifs en matière de réduction d’émissions pour 2030 sont par ailleurs bien plus sévères. La Région flamande, qui, conformément à la répartition des objectifs entre les régions pour la Belgique, doit réaliser une baisse de 15,7 % en 2020, sera sans doute contrainte de réduire ses émissions entre 31 % et 37,5 % pour 2030.

Publié 03-12-2019

  36