Nuitées plus vertes : l’action de Martin’s Hotels

Martin’s Hotels, groupe belge qui met l’accent sur son engagement environnemental, a « choisi de s’atteler en priorité à l’axe ‘Planète’ ». Ceci pour « l’urgence qui le caractérise » mais aussi pour « sa capacité d’interaction directe avec les autres axes ». Il les gère en fonction.

Dans son système de management environnemental (SME), le groupe hôtelier Martin’s a opté pour la conformité aux normes EMAS et ISO 14001. C’est à cause de « leur crédibilité et leur efficacité reconnue, » souligne-t-il dans sa déclaration environnementale 2019.
Applicable dans tous les secteurs, EMAS (Eco-Management and Audit Scheme) est un outil de management environnemental développé par la Commission européenne en cohérence avec la norme mondiale ISO 14001. Selon Martin’s, cette combinaison « permet aux entreprises d’évaluer, de rapporter et d’améliorer de manière continue leurs performances en matière d’environnement ». Au bout d’un processus entamé en mars 2010, le groupe a obtenu en mars 2012 la double certification EMAS et ISO 14001, renouvelée en 2015 en 2018. Et pour bien le prouver, il joint à sa déclaration des certificats d’audit délivrés par Vinçotte. D’ailleurs, Martin’s peut se vanter d’un EMAS Award décerné en 2017 pour la qualité de sa gestion environnementale.

Comme toute entreprise qui veut améliorer ses scores verts, le groupe veille à motiver plusieurs parties prenantes, dont :
Le personnel. Des formations régulières aident à « tenir à jour les connaissances et l’implication des membres du personnel ». La communication environnementale a lieu « notamment lors de l’engagement du personnel, des quick checks mensuels et des audits internes annuels ainsi que via un affichage ciblé ». Il y a aussi une adresse e-mail pour toute question ou suggestion verte. Et chaque salarié a une « carte d’identité environnementale » qui l’engage notamment à appliquer une série de « bonnes pratiques quotidiennes » (« J’éteins appareils et éclairages à mon départ ... je n’imprime pas si ce n’est pas nécessaire ... je trie les déchets ... je pense à utiliser le co-voiturage ou les transports en commun dans la mesure du possible ... »).
Les clients. Le Programme Eco-Bon suggère aux clients de poser cinq actions simples. Pour les séjours de deux nuits et plus : demander un léger rafraîchissement de la chambre au lieu d’un nettoyage complet, ainsi que le non-remplacement quotidien des serviettes de bain. Pour les séjours d’une nuit et plus : gérer ses énergies en « bon père de famille » (lumière, chauffage, air-conditionné) et trier ses déchets, choisir un plat et/ou une boisson étiquetés « EcoetBon! », ainsi que gérer son trajet/transport de manière responsable. Le client est récompensé par des Eco-Bons qu’il pourra échanger en Chèques-Cadeaux. L’empreinte environnementale des séminaires organisés dans les hôtels peut, à la demande des clients, être compensée par la création d’énergies propres dans les pays émergents et en voie de développement.
Les fournisseurs. « Privilégier et maintenir les relations de long terme avec les fournisseurs ayant un faible impact sur l’environnement. Privilégier les fournisseurs locaux et/ou ayant comme objectif de travailler et d’investir dans la protection de l’environnement. Donner la préférence aux produits locaux, naturels, recyclés/recyclables et de saison. Encourager les fournisseurs à adhérer à notre code de conduite. Réduire au maximum le flux de déchets entrant et recycler au mieux les déchets inhérents à l’activité hôtelière ... favoriser les économies circulaires ... » Une politique d’achats durables « implique la nécessité de tenir compte de la performance environnementale et des coûts tout au long du cycle de vie des biens et des services acquis incluant la planification, l’achat, l’utilisation et le recyclage en fin de vie ».
Performance
Et qu’ont donné tous ces efforts ? Pour ce qui est de la consommation, la déclaration fournit quelques pourcentages précis, calculés par unité de fréquentation des hôtels. Ainsi, entre 2011 et 2018, le groupe a réduit sa consommation énergétique de 5%. En 2018, 33% de l’énergie totale consommée provenait de « sources d’énergies réputées renouvelables ». Les émissions de CO2 normalisées ont baissé de 6,8%. La consommation d’eau, facteur important chez tous les hôteliers, a chuté de 25,6%.
Côté fournitures, on a choisi une blanchisserie éco-labellisée. L’électricité dans les hôtels du groupe est désormais « verte » à 100%. Tout le papier toilette, papier cuisine et papier sèche-main est labellisé éco. 100% du papier pour les imprimés et brochures est labellisé FSC. 81,18% des provisions en nourriture et eau sont achetés dans un rayon de 300km. Martin’s refuse l’achat de poisson en voie de disparition ou menacé.
Au tri sélectif des déchets, le papier et le carton ont connu une augmentation entre 2017 et 2018 (+3.26%). Tous les autres déchets triés ont été réduits. En 2014, le groupe a mis en place, en interne ou avec des prestataires agréés, toute une série de tris sélectifs supplémentaires : piles, cartouches, toners, plastiques, ampoules, huiles usagées, électroménagers, matériel informatique. Il a également augmenté le tri PMC et organique dans la majorité de ses hôtels. Le volume total des déchets a baissé de 2,67%, alors que l’indice de fréquentation des hôtels a augmenté de 2,93%. « C’est la première fois que le groupe Martin’s Hotels réussit à diminuer le volume total de ces déchets depuis 2012 malgré une augmentation de la fréquentation. Cela peut s’expliquer par une attention particulière donnée au tri des déchets et des bonnes pratiques mises en application au quotidien. »
Nouveaux objectifs
Ses objectifs 2018 ayant été largement atteints, « sauf en ce qui concerne les objectifs de consommation de gaz », le groupe s’est fixé de nouveaux cibles à l’horizon 2025, dont une réduction globale de ses déchets afin d’atteindre max 0,6kg/unité fréquentation, de sa consommation d’énergie afin d’atteindre un max de 260 kWh/m², et de sa consommation d’eau afin d’atteindre max 140L par unité de fréquentation.
Pour chacun des objectifs et sous-objectifs, une méthode spécifique de mesure des performances environnementales et un indicateur spécifique ont été définis. Ce qui permet de comparer les performances environnementales d’une année à l’autre. En calculant ces indicateurs, « le problème majeur rencontré concerne la disparité des données. Certains indicateurs ne sont pas liés à des objectifs en raison de l’absence d’un aspect significatif. Il s’agit de l’utilisation rationnelle de matières et de la biodiversité pour lesquels un indicateur est relevé sans mesure de performance. »
Sources :
Déclaration environnementale 2019, données 2018, Martin’s Hotels, mai 2019.
EMAS Awards Winners, Commission européenne.

Publié 27-02-2020

  116