11 conseils pratiques pour respecter la distance sociale au travail

Le fameux « mètre cinquante » s’impose partout. Dans la sphère privée comme professionnelle, la distanciation sociale s’installe peu à peu dans les habitudes. Pourtant, son respect ne va pas toujours de soi. Nous avons compilé quelques conseils pratiques pour vous aider à réorganiser votre bureau, sans sacrifier le style, l’ambiance ou la productivité.

Le site belge pour l’ergonomie au travail vous propose déjà une série de suggestions pour respecter la distance d’un mètre cinquante à tout moment. De nouveaux outils et applications pour y parvenir sont développés chaque jour.
1. Instaurez un sens de circulation unique
Disposez des flèches pour indiquer aux collaborateurs le sens de la circulation dans les locaux. Vous éviterez ainsi qu’ils se croisent, et limiterez considérablement le risque de transmission du virus. Si votre bâtiment s’y prête, élargissez les routes déjà aménagées. Cette mesure est également applicable aux cages d’escalier. S’il y en a deux, définissez laquelle est réservée aux personnes qui montent, et celle à emprunter pour descendre. Si ce n’est pas possible, envisagez de donner la priorité aux personnes qui montent. Ceux qui voudraient descendre devront alors attendre sur le palier que la voie soit libre.
2. Encouragez le personnel à utiliser les escaliers
Généralement, la distance ne peut pas être respectée dans un ascenseur, qui ne peut être utilisé que par une personne à la fois. Il est donc judicieux d’encourager — par le biais d’affiches et de flèches — le personnel à emprunter les escaliers. Associée au sens de circulation, cette mesure garantira le respect de la distance. Avantage non négligeable, vos collaborateurs feront ainsi plus d’exercices, et devraient en ressentir les bienfaits sur leur santé physique et mentale.
3. Tracez des repères au sol
En certains endroits stratégiques (coin de la machine à café, accueil, cafétéria...), les rassemblements sont parfois inévitables. Utilisez du ruban adhésif ou des autocollants, par exemple, pour rappeler à tous les collaborateurs l’importance de garder leurs distances avec les clients, les fournisseurs et les collègues. Concentrez-vous sur l’entrée et la sortie de ces espaces, là où les groupes se forment le plus vite.

(illustration : Tsingoal)
 4. Diminuez le nombre de personnes autorisées dans les salles de réunion
Malgré l’essor du télétravail, bon nombre de travailleurs préfèrent se rendre au bureau, en particulier lorsqu’ils doivent se concerter avec des collègues. Les contacts informels (discussions à la pause café) sont une autre raison avancée. Pendant les réunions également, la distance d’un mètre cinquante peut être respectée, en disposant les chaises en quinconce, par exemple. De la sorte, trois personnes peuvent prendre place autour d’une table prévue pour six. Conviez le reste des collaborateurs à la réunion par vidéoconférence.
Les salles de réunion sont en nombre insuffisant ? Les bureaux des collaborateurs restés chez eux sont une option à étudier. Par beau temps, songez à organiser vos réunions en extérieur (assis ou en marchant). Les virologues et médecins du travail recommandent cette solution.
5. Prévoyez suffisamment d’espace pour chacun
Le télétravail accru devrait vous permettre de prévoir 7 m² par collaborateur. Évitez de placer deux personnes une en face de l’autre. Installez des parois transparentes pour ne pas obstruer la vue. Il est conseillé de créer des compartiments pour séparer les travailleurs. Cet abandon de l’open space est par ailleurs bénéfique : les bruits, source de stress et de productivité en berne, y sont réduits.
6. Favorisez le travail en équipe, même à distance
Afin de respecter la règle d’une personne par 7 m2, des accords clairs sur le roulement des travailleurs sont indispensables. En définissant clairement qui vient quand au bureau, vous limiterez la « surpopulation ». N’oubliez toutefois pas que vous ne pouvez pas contraindre vos collaborateurs à travailler de chez eux.
7. Impliquez les départements et équipes dans les règles du bureau
Pour garantir que le nombre maximal de personnes présentes soit respecté, un système d’alternance peut être une solution. Envisagez donc un planning, en prévoyant par exemple que le département X soit présent les mardis et jeudis, mais travaille depuis l’extérieur les lundis, mercredis et vendredis (et inversement pour le département Y). Un programme de réservation ou un simple groupe WhatsApp suffit pour communiquer à ce sujet.
8. Encouragez les horaires flexibles
Comme les heures de pointe sur la route, les horaires fixes créent un effet de foule matin et soir, ce qui est loin d’être optimal pour la répartition des travailleurs. Les horaires flexibles limitent cet effet, et facilitent le respect de la distance sociale. Par ailleurs, une plus grande flexibilité est appréciée par les travailleurs, qui y trouvent un meilleur équilibre entre vie privée et professionnelle. Tout le monde y gagne !
9. Mettez des postes « hors service »
Le respect de la distance sociale n’a de sens que si les règles et protocoles édictés par secteur sont scrupuleusement observés. Si un local, couloir ou espace spécifique (machine à café, local d’impression ou ascenseur) est trop petit, n’hésitez pas à la déclarer « hors service ».
10. Louez des locaux supplémentaires

Si le budget de votre entreprise ou organisation le permet, la location de locaux supplémentaires peut être une solution pour répartir les travailleurs. Les espaces de coworking sont une bonne option, car ils offrent un bureau ergonomique aux personnes ne pouvant travailler dans des conditions optimales chez eux. Si cet espace est plus près de leur domicile, ils épargneront en outre sur leurs déplacements.
11. Utilisez des outils numériques et des applications
Plusieurs outils de physical distancing intéressants existent sur le marché. Ils aident les collaborateurs à respecter les distances de manière conviviale. Dans un périmètre prédéfini, ces outils détectent si les personnes en présence risquent de dépasser la distance de sécurité. La plupart de ces outils respectent la législation en matière de respect de la vie privée. En effet, aucune mesure sanitaire ne peut justifier d’enfreindre les règles pour l’enregistrement de données à caractère personnel.
Quelques exemples de ces outils : SafeDistance, Maggy, AuraAware, TraceTag, Beeply, Tsingoal

Auteur: Geert Van Cauwenberge

Publié 06-07-2020

  726