Allaiter et travailler, une combinaison réalisable

La semaine du 1er au 7 août a été déclarée Semaine internationale de l'allaitement maternel. L'allaitement maternel est énormément promu par l'ABA (Alliance mondiale pour l'allaitement maternel), et ce n'est pas sans raison. Il a un effet positif sur la santé pour la maman et le bébé. Mais que faire si vous retournez au travail ?
Pauses allaitement
Les mères qui retournent au travail et qui démontrent avec un certificat qu'elles sont encore allaitantes ont droit à des pauses d'allaitement. Elles peuvent utiliser ces pauses pour tirer le lait ou allaiter si leur enfant est dans une garderie.

Pour les jours où la mère travaille pendant plus de quatre heures, elle a droit à une pause d'une demi-heure. Avec plus de sept heures et demie de travail, elle a droit à deux pauses, qui peuvent être regroupées selon sa demande. Le moment à partir duquel il y’a 'interruption de l'allaitement doit être déterminé avec l‘employeur. Le droit existe jusqu'à neuf mois après la naissance.

Les pauses ne sont pas rémunérées, mais l'employé reçoit un avantage de l'assurance maladie. L'employeur doit prendre en compte les pauses pour le calcul de la durée des vacances de l'employé.

En outre, l'employeur doit prévoir une pièce dans laquelle la mère peut tirer le lait en toute tranquillité. Il doit s’agir d’un endroit discret, bien ventilé, bien éclairé, propre et bien chauffé. Une salle de réunion où tout le monde marche et peut regarder à l'intérieur ne suffira pas.
Protection spécifique
Les employées qui allaitent (ou qui sont enceintes) bénéficient d'une protection spécifique. En cas d'exposition à des agents ou à des conditions de travail à haut risque, l'employeur doit prendre des mesures préventives. Le conseiller en prévention-médecin du travail propose ces mesures en tenant compte de la situation particulière du travailleur :
  • un ajustement temporaire des conditions de travail ou des heures de travail;
  • des ajustements au poste de travail adaptés à l'état de santé du travailleur.
De tels ajustements ne sont pas possibles ? Alors le contrat de travail est suspendu. Dans ce cas, l'employé bénéficiera de la prestation prévue dans le cadre de l'assurance invalidité.
 

Publié 31-07-2018

  51