Sécurité

Attention aux dangers de l’éclairage au bureau

Une exposition prolongée à la lumière artificielle peut accélérer le vieillissement. Telle est la conclusion d’une étude consacrée à la fonction de l’horloge biologique. Les personnes qui restent travailler le soir au bureau doivent donc prendre garde.

Comme on le sait déjà, le travail de nuit peut perturber le rythme biologique, ce qui risque à son tour de provoquer des problèmes de santé (insomnies, dépression, hausse du risque de maladies cardiovasculaires). Selon une étude du centre médical universitaire de Leyde (Leids Universitair Medisch Centrum – LUMC), les personnes qui passent de longues heures le soir à travailler dans un bureau sous une lumière artificielle ressentent les effets néfastes de cette exposition. Le LUMC a étudié la fonction de l’horloge biologique et a découvert qu’une exposition prolongée à la lumière artificielle pouvait entraîner une accélération du vieillissement, qui se traduit par une baisse de la force musculaire et un début d’ostéoporose. Le système immunitaire est lui aussi affecté par une exposition permanente à la lumière artificielle et devient suractif. Les symptômes disparaissent toutefois lorsque la personne concernée revient à son rythme de vie normal (cycle jour-nuit).

Il est donc important, si l’on entend garantir la santé des travailleurs sur leur lieu de travail, de veiller à ce qu’il y ait un bon contraste entre la lumière et l’obscurité. Cet équilibre est souvent difficile à trouver. «Nous sommes nombreux à ne pas avoir assez de lumière en journée et, à l’inverse, à en avoir trop le soir et la nuit», explique Joke Meijer, professeur en neurophysiologie au LUMC).


Les articles 33 à 35 de l’AR sur les lieux de travail définissent les exigences légales relatives à l’éclairage sur les lieux de travail.

Voir aussi :  

Publié 11-08-2016

  126