Attention : n'utilisez pas un élévateur comme plate-forme de saut

Dans divers festivals cet été, vous pouvez atterrir sur un coussin d'air géant à partir d'une plate-forme de saut. Dès lors, des élévateurs sont parfois déployés, mais cela n’est pas sûr, selon le SPF Economie. Le vice-Premier ministre et ministre des consommateurs, Kris Peeters, autorise désormais toutes les communes à légiférer pour pouvoir surveiller les choses.

Un élévateur à plate-forme mobile n'est pas conçu pour servir de base de saut lors d'activités de loisirs tels que les divertissements extrêmes. En effet, selon l'article 267.2.3. du règlement général pour la protection au travail (RGPT), un élévateur à plate-forme mobile est un appareil comportant une plate-forme de travail pour une ou plusieurs personnes et leur matériel éventuel, qui est spécialement destiné à des travaux de montage, de réparation et d'entretien sans quitter la plate-forme de travail. L'ensemble est placé sur un châssis sur roues.

Un élévateur à plate-forme mobile n'est donc pas conçu pour permettre de quitter la plate-forme, et encore moins d'en sauter. L'élévateur pourrait basculer ou se déplacer et pourrait entraîner la chute d'un consommateur ou d'un travailleur. Pour ces raisons, l'utilisation d'un élévateur à plate-forme mobile comme base de saut lors de ces activités de loisirs est interdite.

Le saut en chute libre dans un airbag géant (ou toute autre zone de réception) est autorisé mais à condition que l'activité réponde aux exigences légales. L'activité doit être sûre. Le saut doit se faire depuis une base de saut adaptée et spécialement conçue pour le saut comme, par exemple, des structures gonflables.

Un échafaudage peut également être utilisé à la seule condition que la note de calcul et le plan de stabilité et d'ancrage soient adaptés à cette activité spécifique.

Vous trouverez sur le site du SPF Economie davantage d’informations sur les règles de sécurité des divertissements extrêmes.

Publié 16-08-2018

  26