Sécurité

Audit : l’examen plutôt que la répression

Le 29/09/2016, Marc Hoppenbrouwers a donné une conférence à l’occasion du HSE World Event. Lors de cette intervention, il a partagé quelques conseils pour organiser un bon audit. Voici un résumé succinct des principaux points de sa présentation.

Il n’existe aucune définition unique du terme «audit». Certains l’associent à une inspection, d’autres y voient plutôt un examen. Un audit est souvent ressenti comme quelque chose de négatif. Il s’agit d’une sorte de contrôle, mais on veut tout de même des certitudes. Pour Marc Hoppenbrouwers, un audit est un examen impartial qui débouche sur l’appréciation du degré de conformité d’un objet à la norme applicable.

La nouvelle norme s’appliquant aux audits, ISO 19011, a ensuite été abordée en profondeur. Grâce à cette nouvelle structure, il est très simple d’intégrer toutes les normes dans un système intégral de gestion. La nouvelle structure HLS (High Level Structure) permet en outre d’inclure la direction stratégique et les exigences du système de gestion dans le cadre normal des activités.

Marc Hoppenbrouwers a expliqué qu’un audit se composait de trois phases bien préparées. Lors de la première phase, un projet de programme d’audit est élaboré par le responsable hiérarchique et est approuvé par la direction. La phase 2 comporte l’exécution. Le responsable hiérarchique lance les audits internes convenus en communiquant la mission d’audit aux vérificateurs internes concernés. Il veille à ce que les audits internes soient réalisés à temps, effectivement et efficacement. Enfin, la troisième et dernière phase constitue l’élaboration d’un rapport récapitulatif qui contient notamment des propositions d’activités d’amélioration.
Un vérificateur doit examiner la sécurité sans se montrer répressif. C’est le message principal de Marc Hoppenbrouwers. Il est important de mentionner préalablement les aspects qui seront examinés. Les éléments positifs doivent aussi pouvoir être mis en évidence et les moyens qui doivent être disponibles doivent être décrits (par ex. : demander les documents nécessaires au préalable). La présentation s’est terminée par l’énumération des qualités nécessaires chez un vérificateur et par quelques conseils pratiques.



 

Publié 20-10-2016

  197