Bonnes résolutions et comment les maintenir

Une nouvelle année, un nouveau départ, et beaucoup de bonnes intentions. Mais qu’en reste-t-il un mois après ? En tant que conseiller interne en prévention, vous pouvez jouer un rôle actif et donner un coup de main aux collaborateurs. Un objectif concret : faire plus d'exercice. Voici cinq conseils.

Le docteur et chercheur James A. Levine a appelé le fait de s'asseoir "le nouveau tabagisme". Bien sûr, l'habitude de fumer est beaucoup plus mortelle, mais cela ne signifie pas qu'il faille sous-estimer les risques pour la santé de rester assis toute la journée.
Diverses études soulignent les risques de la position assise. En 2012, une étude finlandaise a révélé que les symptômes musculosquelettiques qui causent des douleurs et des malaises modérés ou graves dans la vie quotidienne sont plus fréquents chez les jeunes adultes utilisateurs d'ordinateurs assis devant un écran pendant des heures. En 2016, " The Lancet " a recueilli les données de treize études sur un total de plus d'un million de personnes. Le risque de décès prématuré devient beaucoup plus élevé, surtout chez les personnes qui restent assises pendant huit heures ou plus par jour. Une étude française de 2018 a montré que les jours de travail de plus de 10 heures augmentent le risque de décès par accident vasculaire cérébral de 45 %, un phénomène connu depuis longtemps au Japon sous le nom de " Karoshi ".
Bouger un peu plus pendant la journée peut donc faire toute la différence. Et le lieu de travail peut jouer un rôle majeur à cet égard. Pourtant, il y a beaucoup d'entreprises qui ne font pas grand-chose à ce sujet. Ils travaillent principalement à la réduction de l'absentéisme à court terme. Cependant, ça vaut la peine de faire ces efforts, car non seulement vos employés bénéficieront d'un plus grand exercice à long terme mais leur rendement au travail s'améliorera également. Par exemple, une étude a montré qu'après un exercice, nous sommes plus productifs. Ainsi, une personne qui prend le temps de se dégourdir les jambes sera plus efficace qu'une personne qui reste au travail avec diligence.
Quelques petits ajustements peuvent suffire.
1. Sensibiliser les employés à leur absence de mouvement

Souvent, nous n'adaptons notre comportement que lorsque nous nous rendons compte que quelque chose pose un problème. Avec les podomètres, les employés peuvent voir le peu de mouvements qu'ils font pendant une journée de travail. J'ai moi-même pensé un jour que j'avais fait assez d'exercice. Jusqu'à ce qu'un podomètre indique clairement que je ne faisais que 3 000 pas par jour. Mesurer, c'est savoir : en raison de cette prise de conscience, les employés peuvent déjà garer leur voiture un peu plus loin. Ou venir travailler à pied ou à vélo de temps en temps.
Le but n'a pas besoin d'être les mythiques 10 000 pas par jour. C'est bien sûr un beau chiffre rond, mais un objectif relativement arbitraire qui a été mis en avant par une société japonaise dans les années 1960 comme un outil de marketing réussi pour le tout premier podomètre. En fait, on peut dire que plus on bouge, plus c'est mieux, et plus ça a d'effet.
2. Permettre le mouvement au travail
Il est important de créer dans l'entreprise une culture dans laquelle l'exercice au travail est possible. Si ce n'est pas le cas, les employés n'oseront généralement pas prendre l'initiative eux-mêmes. L'employeur peut abaisser considérablement le seuil de mouvement. Les employés pourraient, par exemple, tenir des réunions debout. Ou lorsqu'ils ont besoin de discuter de quelque chose, ils peuvent le faire pendant une courte promenade. Mais si cela n'est pas considéré comme normal en milieu de travail, personne ne le proposera. Une promenade à l'extérieur a un avantage supplémentaire : une demi-heure de soleil est bonne pour notre biorythme. Ainsi, nous dormons mieux et sommes plus en forme au travail.
3. Montrer la bonne direction
Il existe également des moyens subtils d'inciter vos employés à bouger davantage, en leur donnant des coups de pouce. Cette technique de motivation est devenue populaire en partie grâce aux recherches de l'économiste Richard Thaler. De cette façon, vous pouvez inconsciemment encourager vos employés à prendre les escaliers au lieu de l'ascenseur de temps en temps. Par exemple, en collant ou en marquant des pas sur le sol dans la direction de l'escalier. Ou en accrochant le nombre de calories que quelqu'un économise en ignorant l'ascenseur. Ou utilisez un slogan comme "Beaucoup de vos collègues prennent l'escalier". En tant que membre du groupe, l'employé prendra cette nouvelle et bonne habitude après un certain temps. Veillez à ce que cet escalier soit également suffisamment sûr et éclairé.

(Source : https://10000stappen.gezondleven.be/fr)
4. Fournir des bureaux personnalisés
Créer la bonne culture ne coûte rien, et certains autocollants ou affiches ne coûtent pas cher non plus. Mais un petit investissement dans le mobilier de bureau peut aussi aider. Par exemple, il existe des tables qui sont facilement réglables en hauteur. En appuyant sur un bouton, la table peut être levée ou abaissée électroniquement. De cette façon, les employés peuvent travailler alternativement debout et assis pendant une heure. Ce changement dans la dynamique du travail encourage également plus de mouvements et réduit le nombre d'employés souffrant de douleurs au dos et aux épaules.
5. Organiser des activités de groupe actives
Dans certaines entreprises, il est habituel d'aller boire un verre dans un café chaque semaine après le travail. C'est une bonne chose d'un point de vue social, mais une activité physique pourrait également remplir ce rôle. Par exemple, en organisant une séance de yoga hebdomadaire. Quoi que vous fassiez, ne choisissez pas d'activités trop lourdes. Après tout, l'intention n'est pas que seuls les employés les plus sportifs participent.
Crucial pour la santé
Vous disposez ainsi de cinq conseils concrets pour encourager vos employés à faire plus d'exercice. Une politique de bien-être est bien sûr plus large que cela et tient également compte d'autres aspects tels que le sommeil, une alimentation saine et l'équilibre entre vie professionnelle et vie privée. Et en premier lieu, bien sûr, la sécurité des employés doit être garantie. En même temps, l'exercice est un aspect crucial d'une vie saine et équilibrée. C'est pourquoi elle devrait toujours faire partie de votre politique générale de bien-être.
Plus d’informations sur senTRAL :
Prévention contre le nouveau tabagisme

Publié 13-01-2020

  67