Sécurité

Cancer du nez: 380 demandes de surveillance médicale depuis 2013

Depuis le début du projet fin 2013, 380 anciens travailleurs du secteur du bois ont rentré une demande dans le cadre du projet de surveillance de santé prolongée. 241 d’entre eux ont pu consulter leur ORL pour un examen gratuit.

Ces anciens travailleurs du bois peuvent présenter un risque de cancer du nez ou des sinus et le FMP les encourage à passer un examen de dépistage, s’ils présentent certains signaux d’alerte.

Ils doivent remplir les conditions suivantes :
  • Avoir minimum 55 ans
  • Avoir travaillé pendant au moins 20 ans dans le secteur du bois, (dans une firme privée ou dans une institution communale ou provinciale), sachant que c’est à la suite d’une longue exposition à la poussière de bois que les risques de cancers augmentent.
  • Ne plus exercer une activité professionnelle qui expose aux poussières de bois.
Le grand essor des demandes a eu lieu en novembre et décembre 2013, lors de l’annonce du projet dans la presse. Pour ces deux mois là, le FMP a reçu 144 demandes dont 92 ont été positives, à savoir que ces travailleurs du bois ont reçu l’accord pour le remboursement de cet examen.
A ce jour, 380 personnes au total ont introduit une demande pour un examen de dépistage, et 241 ont reçu un accord. 3 cancers ont pu ainsi être détectés à un stade précoce, et traités avec succès.

Parmi ces 380 personnes, on constate une répartition linguistique très disparate. En effet, 332 des 380 travailleurs proviennent de Flandre, ce qui s’explique facilement par le fait que bon nombre d’activités autour de la transformation du bois sont concentrées sur le territoire flamand. 46 demandes proviennent de Wallonie et 2 proviennent de l’étranger via des personnes qui vivent à l’étranger mais ont effectué leur carrière en Belgique.

Une nouvelle campagne de sensibilisation aura lieu en 2016 via différents canaux de communication pour rappeler l’importance capitale de ce projet (mutuelles, syndicats, associations professionnelles, ligue contre le cancer...). Il faut souligner que cette détection précoce ouvre la voie à des chances de guérison bien plus élevées. Chaque année, plus de 100 cas de cancer du nez ou des sinus sont répertoriés en Belgique, en partie importante chez des anciens travailleurs du bois. Lorsque cette maladie n’est pas détectée à temps, les chances de guérison sont faibles. Au plan pratique, si on découvre un cancer du nez ou des sinus, la réception du rapport médical avec les résultats de la biopsie équivaut à une ouverture automatique d’un dossier d’indemnisation pour une maladie professionnelle au FMP.

Les spécialistes ORL se sont avérés enthousiastes, et le FMP est heureux de pouvoir compter sur leur collaboration.
Vous trouverez plus d’informations sur notre site www.fmp.fgov.be, dans la rubrique ‘poussière de bois’.
 

Publié 24-02-2016

  57