Sécurité

Cinq étapes pour des chaussures de travail plus sûres

Les avantages que l’on peut tirer de chaussures de travail sûres sont essentiels, tant pour l’organisation que pour les collaborateurs. Pourtant, il n’est pas évident de sensibiliser les acteurs concernés à la thématique des chaussures de sécurité. Nous vous proposons ci-dessous quelques conseils pour inscrire ce thème au nombre des points à aborder.

Chaussures : une foule d’intérêts (contradictoires)

Au sein d’une organisation, on note souvent l’existence d’intérêts contradictoires en tout genre, y compris lorsqu’il est question d’acheter des chaussures de travail ou de sécurité. Pour le travailleur, il est impératif de tenir compte du design de la chaussure, histoire de ne pas passer pour un hurluberlu. Le conseiller en prévention, lui, veut que la chaussure soit la plus sûre pour le travailleur et qu’elle satisfasse aux normes imposées. Le responsable du service RH et le médecin d’entreprise renchériront de manière à réduire l’absentéisme pour cause de maladie. Le lien entre la sécurité et l’aspect esthétique n’a plus rien d’incongru depuis longtemps : plus les collaborateurs trouveront que leurs chaussures de sécurité ont de l’allure, plus ils seront enclins à les porter. Mais si la direction entend se profiler comme un employeur responsable, elle doit néanmoins répondre à des préoccupations financières. Placé sous le regard sourcilleux du conseil d’entreprise, le management est tenu de composer avec l’obligation de protéger au mieux les travailleurs contre les dangers liés au travail. Lorsqu’on souhaite inscrire la thématique des chaussures à l’ordre du jour, il importe d’avancer que l’on peut éviter toute perte de productivité et donc une augmentation des coûts.

Une politique préventive

La plupart des organisations adoptent plutôt une approche réactive pour améliorer leurs conditions de travail. On ne prend généralement l’initiative qu’en cas de problème, ce qui s’avère parfois lourd de conséquences, tant pour le(s) collaborateur(s) que pour l’entreprise. C’est la raison pour laquelle il est conseillé d’agir préventivement. Dans cette optique, l’acquisition d’équipements de protection individuelle (des chaussures de sécurité, par exemple) et le fait de prêter une attention particulière au choix de chaussures de qualité et sûres sont des options tout à fait défendables. Et si elles requièrent effectivement un investissement, ce dernier s’avère néanmoins payant à long terme.

Cinq étapes pour une politique de sécurité préventive

Lorsque vous voulez que la sécurité fasse l’objet d’une attention de tous les instants au sein de votre organisation, y compris lorsqu’il est question de l’achat de chaussures professionnelles ou de sécurité, il est essentiel de recourir à une approche structurée de la politique préventive de sécurité. Le plan ci-dessous, échelonné en cinq étapes, est crucial pour y parvenir :
  1. Vouloir : déterminez des objectifs clairs et impliquez-y toutes les disciplines/intervenants concernés. Demandez à vos collègues/collaborateurs quels sont leurs intérêts individuels et recherchez-en le dénominateur commun.
  2. Évaluer : dressez l’inventaire des risques existants pour la sécurité, la santé et le bien-être en procédant à un inventaire et une évaluation des risques.
  3. Savoir : établissez un plan d’attaque. Décrivez et attribuez les tâches, les responsabilités et les compétences. Déterminez également les moyens disponibles (par ex. les ressources financières, les équipements, etc.). Décrivez des procédures explicites en matière de concertation, de processus décisionnel, d’avis, de communication d’informations et de documentation.
  4. Surveiller : convenez des critères à utiliser pour évaluer ce plan d’attaque.
  5. Agir : mettre le plan en œuvre.

Publié 12-05-2016

  134