Combien de contaminations à la COVID-19 sur le lieu de travail ?

Après huit mois de pandémie et plusieurs vagues de contamination, les statistiques nous permettent de déterminer dans quelle mesure le travail a été un vecteur de la propagation du virus. Des chiffres intéressants ont été avancés par les assureurs pour les maladies professionnelles.
 
Dans un article précédent, nous faisions déjà état de 7.158 déclarations de COVID-19 en tant que maladie professionnelle auprès de Fedris. Quatre déclarations sur cinq émanaient de membres du personnel soignant.

Des chiffres similaires issus de l’INAIL, l’organisme italien d’indemnisation des travailleurs, ont été récemment publiés dans un article scientifique. 19,4 % des contaminations à la COVID-19 ont été associées au lieu de travail, et 71,6 % des déclarations émanaient de travailleurs actifs dans le secteur de la santé et des services sociaux.

(photo: Unsplash - HH E)
 
Risques par secteur

En mai 2020, 43.399 demandes d’indemnisation ont été enregistrées par l’INAIL en Italie. Un classement des différents secteurs a été réalisé sur la base d’analyses de risques. En ce qui concerne le secteur de la santé et des services sociaux, le risque a été évalué comme étant élevé. Les secteurs des services aux ménages (comparables aux titres-services) et de l’administration publique et la défense ont été classés en risque modéré à élevé. Les secteurs de l’enseignement, de l’art et du divertissement ainsi que celui des services divers ont été classés en risque modéré à faible. Pour tous les autres secteurs, le risque a été évalué comme étant faible.

19,4 % des cas d’infections au SARS-CoV-2 ont eu lieu au travail. Le classement des secteurs économiques concernés correspond à la liste des activités jugées à risque pendant la période de confinement. 82 % des demandes d’indemnisation émanaient des secteurs économiques présentant un risque élevé ou modéré à élevé de contaminations à la COVID-19, même si dans les faits, ces secteurs ne représentaient qu’environ 25 % des travailleurs actifs pendant le confinement. Ce sont les secteurs de la santé et des services sociaux qui ont enregistré le plus de demandes d’indemnisation, avec 71,6 % du nombre total de demandes. Des demandes ont également été introduites notamment par des travailleurs dans les usines de transformation alimentaire (viande et volaille), des vendeurs, des facteurs, des pharmaciens et des membres du personnel de nettoyage.
Associer mesures sanitaires et sécurité au travail

Les demandes d’indemnisation montrent qu’un nombre considérable de contaminations sont associées au lieu de travail. Ceci confirme l’importance des stratégies de gestion des risques. Il est essentiel de prévenir l’apparition de nouveaux foyers d’épidémie en renforçant le dépistage, en effectuant un traçage efficace des contacts, en associant santé et sécurité au travail et en mettant en place des systèmes de contrôle appropriés.


Auteur: Edelhart Kempeneers

Publié 29-10-2020

  84