Sécurité

Comment organiser un débriefing après un accident du travail ?

L’objectif principal que vise le conseiller en prévention est de minimiser le nombre d’accidents du travail (et de maladies professionnelles). Nous sommes manifestement sur la bonne voie, puisque ce nombre diminue. Mais lorsqu’un tel accident survient malgré tout, il est très important d’éviter la récidive. Pour déterminer comment prévenir ce genre d’événement, une analyse des faits s’impose. Et pour cela, il est très important d’organiser un débriefing après l’accident. Mais par où commencer ?


 

Visite sur place

Quand un accident du travail (grave) survient, il est fortement conseillé de se rendre sur place pour prendre connaissance des faits et recueillir les premières informations relatives à la victime ainsi que d’autres renseignements utiles. Lors de cette visite des lieux, prenez autant de photos et de vidéos que possible, elles vous permettront par la suite d’étayer votre rapport circonstancié.
Vous pouvez éventuellement prendre certaines mesures directes pendant ou après la visite pour sécuriser l’environnement.

Débriefing : qui est concerné et de quoi est-il question ?

Ensuite, programmez un débriefing le plus rapidement possible pour passer l’accident en revue avec tous intéressés. Il s’agit généralement :
  •  de la victime;
  •  des témoins éventuels;
  •  du conseiller en prévention;
  •  du premier responsable et/ou du chef de service;
  •  d’un collaborateur du service de formation;
  •  de collaborateurs du CPPT lorsqu’il s’agit d’un accident (très) grave.
Demandez toujours que l’on apporte les EPI, les vêtements de travail, les outils utilisés, etc. lors du débriefing : ils peuvent être utiles à l’enquête.

Préparation du débriefing

Un débriefing requiert une bonne préparation. Tous les éléments pouvant permettre de comprendre parfaitement les circonstances de l’accident doivent être demandés. Durant cette préparation, on peut tenir compte des éléments suivants :
  •  Le travailleur a-t-il une fiche à son nom ?
  •  La date à laquelle il a été engagé + celle du début de sa fonction actuelle ?
  •  La victime est-elle toujours encadrée par un parrain ?
  •  Le profil de la fonction ?
  •  L’âge de la victime ?
  •  La victime a-t-elle suivi un programme de formation ? Le contenu de la formation est-il lié à l’accident ?
  •  EPI – EPC – instructions prescrites/disponibles ?
  •  Cahiers des charges et contrats ?
  •  Etc.

Durant le débriefing

Au cours de cette réunion, il est capital de veiller à ce que la victime se sente sereine et ne perçoive pas le débriefing comme un interrogatoire ou une réprimande. Il est dès lors important de débuter la séance en en précisant clairement l’objectif. Indiquez aussi qu’il est essentiel d’être parfaitement honnête et qu’il n’y aura aucune sanction. Le but du débriefing est simplement d’identifier les causes objectives. Il est également important que la victime puisse donner sa propre version des faits jusqu’au bout. Ne laissez donc personne l’interrompre, car cela pourrait l’intimider, la pousser à se taire ou l’inciter à modifier son histoire. En fin de compte, l’objectif du débriefing est de rassembler un maximum d’informations en faisant preuve d’ouverture, de façon à pouvoir formuler des mesures qui éviteront que de tels accidents ne se reproduisent.

Plus d'infos sur senTRAL :

Publié 12-06-2017

  84