Comment placer une cloison anti-coronavirus dans un véhicule ?

De nombreuses organisations adaptent leurs véhicules afin que leurs travailleurs puissent effectuer leurs déplacements sans risque d’être infectés par le coronavirus. Lorsque plusieurs personnes doivent prendre place dans un même véhicule, celui-ci est souvent équipé de cloisons en plexiglas, en plastique, etc. Si ces dispositifs sont posés avec les meilleures intentions du monde, ils doivent néanmoins répondre à des exigences minimales. Les autorités flamandes ont publié sur la question une instruction appeléeVO/MOW/INST.TK/2020-08à l’usage de l’inspection automobile et qui est d’application depuis le 4 mai. instructie

Uniquement des cloisons souples faciles à enlever
L’instruction du 30 avril 2020 sur le montage de cloisons démontables dans les véhicules donne des informations utiles aux entreprises, mais à l’origine, elle est destinée à l’inspection automobile. Les consignes de montage des cloisons démontables dans des véhicules de société visent effectivement à offrir les garanties nécessaires quant à la qualité de la protection contre le coronavirus sans compromettre la sécurité au volant. Il n’est pas inutile de préciser que cette instruction traite de cloisons transparentes souples démontables et non permanentes. Par démontable, il faut entendre un dispositif facile à retirer, sans utilisation d’outils. Si son démontage nécessite des clés plates par exemple, il ne peut pas être qualifié de cloison démontable et l’instruction ne s’applique pas à lui. Le non-respect des exigences de l’instruction peut être sanctionné.

(photo: exemple de protection correcte - source : Dep. Mobiliteit en Openbare werken)
Exigences applicables aux cloisons démontables
Les cloisons de type démontable doivent répondre aux exigences suivantes :
  • le champ de vision du conducteur et la vision indirecte (rétroviseurs) doivent être préservés ;
  • la transmission de la lumière est égale à au moins 70 % (dans le doute, une attestation mentionnant le nom de la matière synthétique et son coefficient de transmission lumineuse doit être demandée au fournisseur de la cloison) ;
  • les cloisons ne peuvent présenter ni inégalités dangereuses, ni arêtes vives, ni bords ou angles coupants susceptibles d’augmenter le risque de lésions ou leur gravité. En cas de doute sur les arrondis des angles, le rayon d’arrondi minimal doit être de 3,2 millimètres (ECE R21) ;
  • les fixations ne peuvent pas présenter d’inégalités dangereuses, d’arêtes vives ou de bords coupants susceptibles d’augmenter le risque de lésions ou leur gravité ;
  • le matériau des cloisons doit être souple (il ne se fragmente pas ou très difficilement) : polycarbonate antichoc de grande qualité ou équivalent. L’acrylate (plexiglas) n’est pas autorisé ;
  • des rideaux transparents souples en matière synthétique sont autorisés comme alternative, pour autant qu’ils soient bien tendus en permanence ;
  • la cloison doit être facilement démontable (sans outils) en cas d’accident ou d’incendie ;
  • si une cloison est placée entre les passagers ou entre le conducteur et le ou les passagers, il doit y avoir au moins une voie d’accès et de sortie qui ne soit pas obstruée ;
  • toutes les commandes du véhicule doivent être aisément accessibles. Pour les véhicules d’auto-école, le levier de vitesses doit être accessible à l’accompagnateur ;
  • le bon fonctionnement des systèmes de sécurité tels que ceintures, coussins gonflables… ne doit pas être gêné par la/les cloison(s) ;
  • la cloison ne peut pas être simplement posée sur un siège (risque de se renverser, de glisser pendant la conduite).

Auteur: Jan Dillen

Publié 27-05-2020

  203