Sécurité

Comportement sûr : faut-il sanctionner ou récompenser ? Quelques réflexions pratiques

C'est une question qui revient souvent : un employeur doit-il récompenser ou sanctionner les comportements de ses travailleurs pour les encourager à adopter un comportement sûr ? Si on se réfère à la dernière conclusion des psychologues, il vaut mieux opter pour la récompense. Cet article donne aux employeurs, conseillers en prévention, etc. quelques exemples d'applications pratiques visant à favoriser les comportements sûrs.

Sanctionner est une option, récompenser fonctionne mieux

Pour pouvoir se faire une idée de l'impact des sanctions et des récompenses, il faut reprendre la théorie du conditionnement opérant, aussi appelé conditionnement instrumental. Le principe de base de cette théorie est que les comportements changent en fonction des conséquences qu'ils entraînent. Les comportements qui suscitent la satisfaction seront reproduits plus souvent, plus rapidement, et plus efficacement que ceux qui ont des conséquences non satisfaisantes.

Une sanction peut consister à rappeler un travailleur à l'ordre, ce qui aura probablement pour effet qu'il n'adoptera plus ce comportement à l’avenir. C'est donc positif. Mais la sanction provoque aussi un effet secondaire inattendu, par sur le travailleur, mais bien sur son supérieur hiérarchique. Celui-ci apprendra en effet que sanctionner est efficace et il sera donc aussi conditionné. Le supérieur hiérarchique risque alors d’appliquer également les sanctions à d'autres situations, peut-être moins graves. En outre, en utilisant des sanctions négatives, il contraint ses collaborateurs à ne plus adopter un comportement bien précis, mais sans leur proposer un nouveau comportement, sûr celui-là. C'est en revanche le cas lorsque l'on a recours à des récompenses.
 

Une sanction efficace

Pour être efficace, une sanction doit par ailleurs répondre à plusieurs conditions. Premièrement, elle doit être suffisamment intense. Elle ne peut toutefois être excessivement lourde, sans quoi des inférences émotionnelles pourraient bloquer le processus d'apprentissage. Ensuite, il est important que la sanction soit infligée rapidement, de manière à ce que le lien entre le comportement indésirable et la sanction soit clairement établi. Troisièmement, la cohérence est essentielle. La sanction doit être appliquée à chaque fois que le comportement indésirable se produit. Enfin, la sanction seule ne suffit pas, il faut aussi montrer le comportement souhaité.
 

Exemples d'applications pratiques
 

Pour encourager les travailleurs à adopter dorénavant des comportements sûrs au sein de votre entreprise, il convient en premier lieu de se concentrer sur le renforcement positif. Lorsqu'un travailleur a fait du bon travail, il est du devoir de son supérieur hiérarchique de lui exprimer son estime, de manière à ce que le travailleur continue à faire de son mieux à l'avenir. Tout d’abord, installer une boîte de suggestions de sécurité dans l'entreprise peut déjà se révéler efficace. Les travailleurs peuvent déposer dans cette boîte leurs suggestions pour améliorer la sécurité dans l'entreprise.

Distribuer des bonus financiers pour récompenser les comportements sûrs semble en revanche ne pas toujours fonctionner. Des recherches ont en effet révélé que cela pouvait engendrer une baisse de la motivation intrinsèque du travailleur. De plus, la période qui s’étend entre le comportement et la récompense financière est souvent assez longue. Mieux vaut donc opter pour des récompenses immatérielles. Complimenter un travailleur qui porte un casque peut s'avérer plus efficace que lui octroyer un bonus à la fin de l'année.

Une autre manière de favoriser les comportements sûrs est de mettre sur pied un programme de récompenses intitulé « programme jours de travail en sécurité ». Cela implique qu'un groupe de travailleurs reçoit une récompense lorsqu'il atteint par exemple 100 jours de travail sûrs. Il faut néanmoins prendre en compte un piège important dans ce programme, qui serait que le travailleur soit moins enclin à signaler les blessures ou accidents du travail. Il suffit qu’un travailleur soit blessé pour que tout le monde perde la récompense. La sensibilisation est donc un facteur important dans ce programme.

Une troisième possibilité consiste à instaurer le titre de « travailleur (le plus sûr) du mois », assorti d'une récompense éventuelle. Cela aurait pour effet que les travailleurs dépasseraient leurs tâches initiales afin de décrocher le titre.

Une quatrième application pratique concrète est la « safety creditcard ». Tous les travailleurs reçoivent une carte au début de l'année. Ils peuvent ensuite gagner des points, distribués par l'employeur ou les conseillers en prévention, lorsqu'ils adoptent un comportement sûr, participent à une réunion de sécurité mensuelle, réalisent des contrôles de sécurité périodiques sur leur environnement et leurs outils de travail, ou utilisent certaines méthodes de travail, etc. À la fin de l'année, chaque travailleur peut choisir un prix en fonction du nombre de points accumulés sur sa carte. Les prix peuvent par exemple être pourvus d'un logo en lien avec la sécurité (par exemple une boîte à tartines sur laquelle est dessiné un casque).

Enfin, une option serait de distribuer des « cartes de remerciement sécurité ». Une carte de remerciement peut être conçue dans l'entreprise et être disponible pour tous les travailleurs. Elle pourrait alors être remise aux collègues qui travaillent en toute sécurité, que ce soit par rapport aux autres ou à leur matériel. La carte peut aussi indiquer de quel type de sécurité ou de comportement attentif il s'agit. Vous trouverez ci-dessous un exemple de carte de remerciement de ce type.



 

Plus d'infos sur senTRAL:
Comportement sûr au travail: point de vue psychologique
Culture de la sécurité dans la pratique - Moyens simples pour démarrer une culture de la sécurité

Source:
Arbo-online, 'Veilig gedrag: boete, bonus of compliment?', 5 septembre 2016.
 

Publié 15-09-2016

  247