Convaincre vos travailleurs d’arrêter de fumer ? C’est possible !

Un fumeur est plus susceptible de souffrir de problèmes de santé et, par conséquent, de s’absenter pour maladie. On comprend donc pourquoi les employeurs préfèrent que leurs travailleurs ne fument pas. Heureusement, une étude récente a donné des résultats encourageants : les employeurs qui proposent un accompagnement pour l’arrêt du tabac assorti d’une récompense financière arrivent à convaincre, en moyenne, plus de travailleurs d’arrêter de fumer. 


Source photo: Pexels

Plusieurs études ont déjà démontré les effets positifs de l’accompagnement pour l’arrêt du tabac au travail. Soutien comportemental (p. ex., cours de groupe pour l’arrêt du tabac) et traitement médical sont une combinaison gagnante. Un fumeur a environ 25 % de chances d’arrêter de fumer avec un accompagnement de ce type, contre seulement 3 à 5 % de chances s’il essaye sans aucune aide extérieure.

D’après une nouvelle étude de l’université de Maastricht, les employeurs peuvent augmenter les chances de réussite de l’accompagnement pour l’arrêt du tabac en y associant une récompense financière. Les participants ont reçu un bon d’achat de 50 euros à la fin des cours de groupe. Au bout de trois et six mois sans fumer, ils ont à nouveau reçu des bons d’une valeur de 50 euros. Les participants qui n’avaient toujours pas fumé après un an ont reçu un bonus supplémentaire de 200 euros en bons. Au total, ce poste de dépenses représentait environ 350 euros par participant.

Un an après les cours de groupe et la récompense financière, pas moins de 41 % des travailleurs participants n’avaient pas repris la cigarette. Parmi les travailleurs qui n’avaient pas reçu de récompense financière, ce pourcentage n’était que de 26 %.

L’enquête a également mis en lumière un autre fait intéressant. La récompense financière augmente les chances d’arrêter de fumer de tous les travailleurs, mais les effets sont plus marqués chez les travailleurs peu qualifiés ou à faible revenu. Cette catégorie comprend également davantage de fumeurs qui éprouvent plus de difficultés à arrêter de fumer.

La cigarette est l’une des causes principales des inégalités en matière de santé. Étant donné que les travailleurs peu qualifiés fument plus que ceux dont le niveau scolaire est plus élevé, et compte tenu de l’incidence considérable de la cigarette sur la santé, le tabac fait beaucoup plus de dégâts sur la santé des travailleurs appartenant au premier groupe. Cette intervention est cependant relativement plus efficace auprès d’eux et peut donc contribuer à réduire les écarts en matière de santé.

L’institut Gezond Leven s’appuie sur cette étude pour encourager les employeurs à aider leurs travailleurs en leur proposant un accompagnement pour arrêter de fumer et un système de récompenses. Des cours pour l’arrêt du tabac coûtent environ 300 euros par participant. Les coûts liés aux problèmes de santé provoqués par la cigarette sont bien plus élevés (en moyenne 4 000 à 5 000 euros par travailleur fumeur). 

Plus d’info sur senTRAL :

Publié 08-01-2019

  12