Coronavirus : quelles mesures au travail ?

Que peut-on faire sur les lieux de travail pour endiguer le coronavirus ? Au Canada et aux Etats-Unis, des checklists sont publiées à l'attention des employeurs.

Nouvellement baptisé COVID-19, le coronavirus venu de Wuhan fait peur. Mais « le risque que la maladie continue à se propager en Belgique est très faible, » souligne le SPF Santé publique. « Notre pays dispose de très bonnes procédures pour le dépistage et le traitement des coronavirus. »

Pas de panique, donc. Et surtout pas prêter attention aux fake news et rumeurs. Ceci dit, les lieux de travail sont des zones de contact humain et donc des sites potentiels de propagation de virus. Ils peuvent aussi en pâtir : en cas d’infection, ils devront peut-être tourner au ralenti ou même fermer.

Mieux vaut prévenir, et se préparer. Selon le Centre canadien d’hygiène et de sécurité au travail (CCHST), les milieux de travail peuvent aider à combattre le virus « en ayant un plan de prévention des infections qui prévoit des mesures comme : 

  • mettre à disposition des installations propres pour le lavage des mains;
  • offrir des désinfectants pour les mains à base d'alcool lorsque les installations habituelles ne sont pas disponibles (ou aux personnes qui travaillent sur la route);
  • nettoyer plus souvent les objets qui sont fréquemment touchés, tels que les poignées de porte, les autres poignées, les rampes, les bouilloires, etc., avec des désinfectants ordinaires ou de l'eau et du savon;
  • fournir des boîtes de mouchoirs en papier et encourager leur utilisation;
  • rappeler au personnel de ne pas partager de tasses, de verres, de vaisselle ou d'ustensiles; veiller à ce que la vaisselle soit lavée à l'eau et au savon après usage;
  • retirer les magazines et les papiers des salles d'attente ou des pièces communes (comme les coins-café et les cuisines);
  • veiller à ce que les systèmes de ventilation fonctionnent bien;
  • nettoyer le poste de travail ou autres aires possiblement contaminées par une personne présumée présenter une infection ou ayant reçu un diagnostic d'infection;
  • utiliser des techniques de distanciation sociale, telles que le téléphone, la vidéoconférence ou l'Internet pour mener autant d'affaires que possible (y compris dans le même bâtiment), permettre aux employés de travailler à domicile ou d'avoir des horaires flexibles pour éviter les heures de pointe des transports publics ou l'encombrement du lieu de travail. »

    Pour le secteur des soins de santé, le CCHST rajoute des conseils supplémentaires : « Prenez les précautions contre la transmission par contact et par gouttelettes. Elles comprennent le choix approprié d'un équipement de protection individuelle (EPI) et son utilisation :
  • Gants et
  • Blouse d'hôpital à manches longues et
  • Protection faciale, soit un masque chirurgical ou opératoire et des lunettes protectrices, un écran facial ou masque chirurgical ou opératoire doté d'une visière superposée.
  • Il faut utiliser un respirateur N95 (et des lunettes protectrices) lorsque vous effectuez des interventions médicales générant des aérosols auprès d'une personne soupçonnée d'être atteinte ... »


Aux Etats-Unis, l’agence de prévention professionnelle OSHA estime que pour « la plupart des types de travailleur » le risque d’infection par le coronavirus est « actuellement bas ». Selon l’OSHA, les « travailleurs ayant un risque plus élevé d’exposition » sont occupés dans les soins de santé (au sens large, donc aussi ambulanciers, laborantins, personnel auxiliaire ...), les services mortuaires (médecins légistes, pompes funèbres ...), les transports aériens et la gestion des déchets.

Les voyages professionnels vers les zones où le virus se propage sont aussi un facteur de risque. Les Centres américains de contrôle et de prévention de maladies (CDC) conseillent aux entreprises d’envisager l’annulation de voyages d’affaires non essentiels vers les zones affectées. Elles devraient aussi établir, et discuter avec leur personnel, un plan de réaction en cas d’infection. Il s’agit notamment d’encourager tout salarié malade à rester chez lui et de planifier un fonctionnement avec un personnel réduit. Un plus grand recours au télétravail est parmi les options évoquées.


Sources: 
-Info-coronavirus.be, SPF Santé publique.
-Coronavirus, CCHST.
-2019 Novel Coronavirus, OSHA.
-Interim Guidance for Businesses and Employers to Plan and Respond to 2019 Novel Coronavirus, CDC, février 2020.

Publié 04-03-2020

  95