COVID : prise en compte des besoins pour faciliter la reprise

Face à la crise que nous connaissons, toutes les entreprises ne sont pas impactées de la même manière. Certaines ont été contraintes ou ont pris la décision de suspendre leurs activités. D’autres se sont réorganisées alors que certaines doivent se réinventer. Enfin, quelques-unes sont peu impactées et continuent à fonctionner quasi à l’identique.

Ce à quoi aucune entreprise n’échappe, c’est à l’impact de la crise sur les membres de son personnel, sur les dynamiques intra mais aussi inter-équipes, aux changements au niveau de leur environnement (fournisseurs, clients, etc.). La menace pour la santé, les incertitudes, les contraintes nouvelles, le confinement et bien d’autres éléments encore apportent des changements à tous les niveaux.

Si certaines personnes semblent passer au travers de la situation de manière positive, avec énormément de recul, tout le monde ne peut en dire autant. Il est donc impératif que les employeurs, les managers mais aussi les acteurs de la prévention soient attentifs aux possibles conséquences auxquelles ils devront faire face et ce, afin de les anticiper autant que faire se peut. Celles-ci peuvent se situer à différents niveaux :
  • Pour certaines personnes : stress de léger à sévère, anxiété, angoisses, colère, altération du moral, troubles de l’appétit et du sommeil, culpabilité à ne pas savoir mener de front tout ce qui est attendu, etc.
  • Un rapport au travail fortement modifié pour certains : démotivation, difficulté à rester concentré(e), engagement, perte de rythme, essoufflement, apathie, manque d’entrain dans la gestion des tâches, priorités revues, perte de confiance par rapport à l’employeur, inquiétudes quant à la pérennité de l’activité, etc.
  • Des dynamiques intra et inter-équipes ayant évolué : contacts réduits (et pour certains, exclusivement virtuels), des statuts différents (ex. télétravail possible ou non, le taux de prestation de chacun, etc.) à l’origine de tensions, des réactions différentes et des fonctionnements à plusieurs vitesses entre les membres de l’équipe susceptibles de créer un fossé, etc.
  • Des relations avec les partenaires, les fournisseurs et les clients transformées.

A côté des réponses purement opérationnelles et organisationnelles, il est nécessaire que les équipes reçoivent un appui psychosocial pendant le confinement mais également au moment de la reprise « normale » des activités. L’état des équipes durant et après confinement mais aussi l’attention qui leur aura été portée conditionneront la reprise.
Comme le précisait L. Van Hamme dans un de ses articles, les Conseillers en prévention doivent faire face, en plus de leurs missions habituelles et légalement définies à d’autres missions étant donné la pandémie. Les acteurs de la prévention ont effectivement un rôle majeur à jouer pendant le confinement mais aussi après :
  • Organisation des CPPT à distance et participation active au niveau de la cellule de crise pour gérer l’incertitude, conseiller et soutenir - sans aucun doute - les mesures à prendre d’un point de vue sanitaire, donner un avis sur l’organisation des activités, … mais également sur les aspects liés à la communication, au support psychosocial à apporter (maintien des contacts, prises de nouvelles régulières, …),

• Evaluation et gestion des risques lié à la pandémie, en ce compris l’analyse et la gestion de des RPS dans ce contexte,
  • Disponibilité et communication claire et honnête (en reconnaissant les points pour lesquels il n’y pas encore de réponse), information et formation des travailleurs sur les mesures à mettre en œuvre,
  • Informations et relais vers les personnes ressources internes ou externes qui peuvent aider les personnes en difficultés (Assistant social, Personne de confiance, Conseiller en prévention psychosocial, etc.). Il est utile de rappeler, si ce n’est déjà fait, que des professionnels sont à disposition des personnes qui seraient en difficulté ou qui ressentiraient le besoin de partager, de réfléchir à des solutions à leur portée et se sentir moins seules,
  • Préparation de la reprise en tenant compte et en tentant de répondre aux besoins émergents et préoccupations diverses.

Les entreprises doivent faire face, de manière non-exhaustives, à des préoccupations relatives aux finances, à l’adaptation au marché et ses changements, à leur organisation (manière de travailler, de se structurer, …), etc. La disponibilité, la proximité et les considérations relatives à l’Humain devront, elles aussi, plus que jamais être présentes car l’état des membres du personnel et des équipes peut empêcher d’avancer vers un retour à la « normale » et ce, même si les autres éléments ont pu rester sous contrôle.
Quelques aspects à ne pas négliger :
  • Assurer et rassurer quant à la sécurité sanitaire au sein de l’entreprise,
  • Communiquer avec humilité ce qu’on sait, ce qu’on ne sait pas, ce qui constitue un « essai », décider et assumer sa responsabilité décisionnelle,
  • Motiver, fédérer, nourrir le sentiment d’appartenance pour sortir ensemble de cette crise (surtout si la pérennité de l’entreprise est en jeu) ce qui nécessite que toutes les forces soient déployées,
  • Evaluer en collectant les différents avis (aux différents niveaux) ce qui a marché, ce qui s’est développé mais également ce qui s’est avéré moins efficace dans les adaptations mises en œuvre durant la crise,
  • Célébrer les réussites et si possible, les maintenir voire les généraliser,
  • Apporter les ajustements nécessaires (organisation, structure, culture, etc.) et se réorganiser en fonction des nouvelles contraintes,
  • Gérer les éventuelles tensions émergeantes et/ou celles qui se sont exacerbées durant cette période, renforcer (ou rétablir) l’esprit d’équipe (il sera parfois utile de réapprendre à travailler ensemble),
  • Renforcer ou reconstruire la confiance envers l’organisation, la Direction, les managers et parfois, dépasser les déceptions (temps de réaction, nature des décisions, communication, maladresses, etc.),
  • Remobiliser tout un chacun car le rythme et le mode de fonctionnement de bon nombre de travailleurs ont été impactés (certains à l’arrêt, d’autres en télétravail en permanence ou en alternance, etc.).

Le temps devra faire son œuvre, mais le futur est à préparer dès aujourd’hui. Faire comme si rien ne se passait et reprendre comme avant ne sera pas possible et n’aurait aucun sens.
Il est donc nécessaire d’agir en intégrant au jour le jour les informations à disposition, donner un sens et rebondir sur cette crise. Face à l’adversité, la plupart des entreprises mais aussi des personnes ont pu déployer des ressources jusque-là insoupçonnées !
Chacun peut sortir grandi de cette crise : apprendre, se transformer, revoir certaines priorités pour une reprise d’activité différente mais certainement intéressante.
C’est aujourd’hui et de cette manière que nous préparons demain !
Plus d’informations sur senTRAL :

La fonction de Conseiller en prévention pendant la pandémie COVID-19
COVID19 et risques psychosociaux
Code du bien-être au travail, articles II.1-4 à II.6
Sources :

Fédération française des psychologues et de psychologie
Webinar Evoluo du 14 avril 2020 - Résilience organisationnelle
Webinar Convidencia du 16 avril 2020 – En tant qu’organisation, comment répondre à cette crise afin de préparer la reprise ?

Auteur: Coralie Carton, Psychologue, Conseillère en prévention pour les aspects psychosociaux et Consultante en entreprise

Publié 23-04-2020

  174