COVID19 et risques psychosociaux

Face à cette situation exceptionnelle que nous vivons, qui impacte chacun d’entre nous, une attention toute particulière à l’humain est nécessaire. La santé physique mais aussi mentale de chacun est en jeu. A côté des aspects sanitaires, la gestion de cette crise nécessite une vigilance accrue au bien-être, en ce compris ses aspects psychosociaux.

Dans le monde du travail, l’Employeur assume la responsabilité de la Politique de prévention, soutenu dans ce challenge par d’autres acteurs. Il est impératif de sensibiliser chacun à l’effet de ce que nous vivons actuellement, aux risques psychosociaux (RPS) auxquels nous sommes confrontés, leur évolution du fait, entre autres, du confinement et des effets sur notre bien-être.
Lorsqu’il est question de s’intéresser aux risques psychosociaux liés au travail, cinq composantes doivent être prises en considération. Ces risques n’échappent pas à la règle : eux aussi sont en pleine mutation !
La Fédération française des psychologues et de psychologie propose un dossier sur le COVID-19 et dresse un premier constat des changements qui voient le jour dans le monde du travail.
Organisation du travail
  • Quantité excessive de travail du fait de la diminution des effectifs ou à l’inverse, ennui du fait d’une baisse importante du travail,
  • Interruptions fréquentes des tâches pour une autre (par ex. du fait de l’«explosion» des appels et des courriels, services IT débordés, etc.),
  • Informations et communication absentes, parcellaires, incompréhensions,
  • Télétravail contraint, parfois improvisé,
  • Modification des horaires pour limiter les contacts entre les membres du personnel ou du fait de la mise en œuvre (peu balisée dans certains cas) du télétravail,
  • Chamboulement dans le process : qui fait quoi, comment se coordonner, fonctionnement avec les fournisseurs et les clients à revoir, quel contrôle, quid du partage des documents, etc.
  • Nécessité de concilier vie privée et vie professionnelle avec ces sphères qui se télescopent en permanence. Ex : télétravail avec les enfants, partage de l’espace entre co-télétravailleurs, irruptions de moments cocasses de la vie privée qui s’invitent pendant des téléconférences, etc.
Conditions de travail

  • Insécurité de l’emploi (menaces sur l’emploi, sur la situation économique des entreprises, sur les conditions de travail, etc.),
  • Diminutions des revenus liées à des situations de chômage, à la perte des emplois ou encore à la situation économique précaire dans certaines entreprises,
  • Précarité accrue pour certains travailleurs (intérimaires, contrats à durée déterminée, etc.) : angoisses concernant leur avenir, craintes d’être appelés pour assurer des postes refusés par d’autres ou qui étaient occupés par des personnes malades, conditions d’emploi parfois inacceptables qu’ils n‘osent pas refuser dans ce contexte déjà instable,
  • Modalités et conditions du télétravail dans certains cas peu optimales et droit à la déconnexion inexistant (pression d’être constamment à disposition, difficulté à couper de peur d’être jugés, etc.)
Conditions de vie au travail

  • Mise à disposition du matériel (ordinateur, téléphone, connexion internet, accès à certains programmes, etc.) et le support proposé pour leur utilisation approximatif et géré dans l’urgence augmentant le sentiment d’inefficacité des (nouveaux) utilisateurs,
  • Installation et ergonomie du poste de travail laissant à désirer,
  • Modes et règles d’usage des moyens de communication non balisés,
  • Sur site, appréhensions à l’idée de fréquenter les mêmes lieux que d’autres personnes, entre autres, les locaux sociaux (toilettes, vestiaires, cantines, etc.) du fait des risques de contamination,
Relations interpersonnelles au travail

  • Modalités de collaboration et de coopération à réinventer,
  • Contacts quasi exclusivement virtuels, modalités de réunions à revoir,
  • Tensions et incompréhensions naissantes ou renforcées par absence de contacts directs (entre salariés travaillant et ceux qui ne travaillent pas mais aussi entre ceux qui travaillent sur site et ceux qui télétravaillent),
  • Rapports entre les salariés et la hiérarchie peuvent se dégrader en fonction de la gestion perçue comme « plus ou moins adéquate » de la crise (information, organisation du travail, disponibilité, soutien, attention portée au bien-être, etc.),
  • Tensions et frustrations du fait d’un manque de clarté ou d’équité dans la répartition du travail, dans le respect des limites des rôles de chacun, dans la façon de travailler, etc.,
Contenu du travail

  • Autonomie et marges de manœuvre différentes : possibilité d’organiser son travail, de prendre des pauses et de gérer son temps de travail à son gré, possibilité de faire remonter des difficultés ou des idées...,
  • Sentiment d’absence de contrôle plus ou moins exacerbé du fait du peu de maîtrise de certains paramètres (décisions gouvernementales, positions de l’entreprise, existence ou non de relais au niveau familial pour aider au quotidien, etc.),
  • Evolution dans les tâches confiées avec, en corollaire, pour certains, l’impression d’être livrés à eux-mêmes, dans les décisions qui impactent leur travail,
  • Injonctions paradoxales du fait de l’application stricte de moyens de prévention collective et individuelle (mesures gouvernementales telles que le confinement, la distanciation sociale, les EPI) et dans un même temps, être contraint de travailler sous la pression des autorités (entreprises essentielles) et/ou des Directions d’entreprises et/ou des clients (secteurs des soins, de la distribution, garde enfants, aides à domicile, etc.)
  • Exigences émotionnelles liées à l’activité de travail : contact du public, contact avec la souffrance ou la mort, exposition à de la violence externe comme les incivilités, les agressions verbales et physiques, les menaces mais aussi la charge émotionnelle qui peut découler de la perte d’un collègue du fait du Covid-19;
  • Peurs liées à la sécurité, sa propre santé et celle de ses proches,
  • Dissonance au niveau des valeurs lorsque les salariés sont aux prises avec des dilemmes par rapport à la qualité de leur travail (qualité empêchée) ou aux conséquences de leurs actions mais aussi quand les valeurs professionnelles ou personnelles sont mises sous tension (devoir continuer à travailler sans moyens de protection),
Ces éléments sont autant de stresseurs avec lesquels nous devons composer.

Chacun d’entre nous a la responsabilité de se conformer aux mesures édictées par le Conseil National de la Sécurité mais aussi d’être attentif à ses propres besoins, de maintenir une bonne hygiène de vie (repos, régime alimentaire sain, exercices physiques, etc.), d’entretenir des contacts sociaux, de prévoir des activités de détente, etc. Des initiatives voient le jour pour nous aider dans ce challenge et constituent des ressources inestimables prêtes à être consultées.
Ce contexte constitue également un véritable challenge pour les employeurs. Dans ce contexte de crise, les premières actions envisagées portent sur les aspects pratiques et se font dans l’urgence. Être disponible, soutenir, rassurer (dans la mesure du possible), informer (sur les évènements, les choix, leurs effets), maintenir le lien, valoriser, se montrer flexible et compréhensif, mettre à disposition des relais (tels que des assistants sociaux, les Personnes de confiance, les Conseillers en prévention, etc.) pour soutenir les salariés à faire face à ce contexte hors du commun sont quelques pistes intéressantes qui seront appréciées. La gestion de cette crise pourra renforcer les liens entre le Management et les salariés ou les dégrader. Il est impératif de faciliter et d’accompagner les changements qui s’opèrent, de donner du sens et de fournir des repères organisationnels.
Ajustement et adaptation sont les maîtres-mots qui doivent et devront nous guider au quotidien.
Même si l’Homme est rassuré par ses habitudes, il est avant tout un être adaptatif… nul doute donc que nous pourrons nous relever de cette crise. Le tout est d’en limiter son impact au maximum !
Prenez soin de vous et des autres !
Sources :

Petit guide pratique du confiné
Kit de confinement proposé par Triggersolutions
Les risques psychosociaux (RPS) sur senTRAL
www.info-coronavirus.be
Organisation Mondiale de la Santé
Commission des psychologues
Fédération française des psychologues et de psychologie
Article - synthèse des conclusions de l’enquête sur la détresse psychologique liée au Covid-19 en Chine
Revue de littérature du Lancet sur l’impact psychologique du confinement et de la quarantaine
Article sur les risques du télétravail contraint rédigé par X. Zunigo, Fondateur d’OLYSTIC, sociologue du travail, spécialiste de la qualité de vie au travail, chercheur associé à l’Université Paris-Dauphine (IRISSO)
Croix-Rouge de Belgique : Se protéger et conseils public
Le petit guide du confiné proposé par le Service Santé-Social (SUMPPS)
 

Auteur: Coralie Carton, Psychologue, Conseillère en prévention pour les aspects psychosociaux et Consultante en entreprise

Publié 06-04-2020

  478