Exercice d’évacuation : soignez la communication visuelle et orale

La semaine dernière, les autorités annonçaient une simplification des numéros d’urgence. Mais qu’en est-il de la communication en entreprise ? Les procédures d’urgence sont-elles bien claires en interne ? Lors de votre prochain exercice d’évacuation, gardez à l’esprit qu’il est indispensable de communiquer rapidement et efficacement. Suivez ces quelques conseils pour préparer votre organisation.

Les employeurs belges sont tenus d’organiser au moins un exercice d’évacuation par an. Le Code du bien-être au travail fixe un cadre légal pour les secouristes, les services de lutte contre l’incendie et la communication de sécurité au sein de l’entreprise dans les livres et titres suivants :

Code, Livre I, Titre 5. Premiers secours
Code, Livre III, Titre 3. Prévention de l’incendie sur les lieux de travail
Code, Livre III, Titre 6. Signalisation de sécurité et de santé

Mais quels dispositifs pratiques peuvent garantir une communication rapide lors de calamités ?

Le site Rendement.nl formule différents conseils pour une bonne communication dans l’urgence.

Pour commencer, il est primordial que suffisamment de secouristes soient formés, désignés et présents en cas de problème (accident, début d’incendie, exercice d’évacuation…). Ce point est particulièrement important pour les entreprises qui comptent plusieurs établissements.

Ensuite, l’entreprise doit disposer d’une plateforme de communication fiable, afin que les annonces soient réceptionnées sur un numéro unique et via un point central unique (centrale d’alarme). Ce point central peut alors avertir les secouristes. Des techniques modernes, telles que le système track&trace ou la télévigilance, permettent de mobiliser rapidement les secouristes.

Sur place, il est important que la communication soit fluide et rapide entre les secouristes et les collaborateurs.

Les secouristes peuvent communiquer au moyen de leurs téléphones portables ou – dans le cas de plus grands groupes – par talkies-walkies.

Une image vaut mieux qu’un long discours : une bonne communication doit être audiovisuelle ; utilisez des sons, des images, des photos, des vidéos, des symboles et des signaux d’alerte.

Si vous optez pour une communication orale, tenez compte des collaborateurs qui ne maîtriseraient pas le français.

Les secouristes emploient certains dispositifs pratiques pour optimiser la communication avec les collaborateurs :
 

  • des gilets de couleurs vives avec des éléments réfléchissants et l’inscription « premiers secours » ou « secouriste » pour identifier les intervenants, non seulement aux yeux des collaborateurs, mais aussi des services de secours professionnels qui doivent parfois être appelés (pompiers, ambulance) ;
  • un casque peut apporter une visibilité supplémentaire (tout en augmentant la sécurité du secouriste).

Afin de vous assurer que tout le monde sache les reconnaître, vous pouvez prévoir que l’un des secouristes fasse régulièrement le petit tour de l’entreprise (avec son gilet et son casque, bien entendu).


Plus d'informations sur senTRAL :

Plan d’Urgence Interne — Exemple

Auteur: Michiel Sermeus

Publié 12-03-2020

  158