Sécurité

Expérience suédoise: vers une journée de travail de six heures ?

La Suède souhaite évoluer vers une journée standard de six heures au lieu de huit. Plusieurs entreprises suédoises ont déjà fait cette expérience durant une année pour évaluer les coûts et avantages de journées de travail plus courtes.

Risques liés aux journées de travail plus longues

Aujourd’hui nous travaillons régulièrement jusqu’à 50 heures ou plus par semaine. En consacrant plus d’heures au travail nous avons l’impression d’accomplir davantage de travail. Une récente étude démontre néanmoins que ceux qui travaillent 55 heures par semaine courent 33% plus de risques d’AVC que ceux qui travaillent 35 à 40h par semaine. A côté des problèmes de santé une journée de travail de 8 heures ou plus nuit également au bien-être et à la productivité du travailleur.

Expérience dans une maison de soins

En février une maison de soins de Göteborg a testé la journée de six heures pour son personnel infirmier, avec un salaire identique. L’expérience aura lieu jusqu’à la fin de l’année prochaine et doit établir si le coût de 14 nouveaux infirmiers est couvert par l’amélioration des soins des patients et le moral du personnel. L’expérience a entre-temps également été réalisée dans la clinique universitaire de Göteborg et dans deux hôpitaux de Umeå.

Il y’a quelques semaines l’expert du sommeil Paul Kelley de l’université d’Oxford a tiré la sonnette d’alarme. Selon Kelley nous souffrons tous d’un manque de sommeil à cause de nos journées de 8 heures, qui ne sont pas adaptées à notre horloge biologique. «Les personnes qui se lèvent avant 10 heures pour aller travailler subissent une sorte de torture et cela les rend malades».

Pas nouveau en Suède

Le centre de service Toyota de Göteborg a déjà fait le pas d’une journée de travail de 6 heures il y’a 13 ans. L’entreprise indique que son personnel est plus heureux, plus productif, très peu malade et que le bénéfice de l’entreprise a augmenté de 25%. Il y’a moins de roulement de personnel et l’entreprise attire plus facilement de nouveaux collaborateurs. «De plus les machines sont utilisées efficacement et nous avons un faible coût du capital, cela profite à tout le monde», explique le directeur Martin Banck à The Guardian.

Comment compenser la baisse des heures de travail?

L’idée est qu’une telle journée de travail condensée procure davantage de motivation et d’énergie, de sorte qu’il n’est pas nécessaire de prester davantage d’heures. Selon le CEO de Filmundus (une autre entreprise qui a franchi le pas) la productivité de l’entreprise est resté stable depuis l’introduction de la journée de 6 heures. De plus l’on observe moins de conflits sur le lieu de travail, «car chacun est plus heureux et plus serein».
 
Mais comment compenser ces deux heures de moins par jour? Feldt répond que son personnel n’utilise aucun média social durant les heures de travail, que les autres distractions sont évitées et que le nombre de réunion est limité au strict minimum. «J’ai la forte impression qu’il est maintenant plus facile de se concentrer intensément sur son travail. Mes travailleurs ont également plus de vigueur lors de leur travail et ont encore de l’énergie lorsqu’ils quittent le bureau».
 

Situation dans d’autres pays


source: OCDE

Publié 29-10-2015

  42