Inspection digitale d’espaces confinés

Informations supplémentaires: Dans le secteur de la chimie, les espaces confinés présentent traditionnellement un risque élevé, surtout lorsqu’il faut y pénétrer pour les inspecter. C’est ainsi que les possibilités d’inspections digitales par drones et robots sont de plus en plus nombreuses. Dans un article posté sur son blog, l’organisme de contrôle Vinçotte en évalue les avantages.

Dans le cadre de cette démarche, la technique, mais aussi l’humain sont au centre des préoccupations. Les espaces confinés ont déjà été à l’origine de nombreux accidents du travail mortels. L’exposition à des substances dangereuses comporte en outre des risques pour la santé, qui se manifestent souvent bien plus tard. En fait, les choses sont simples : en ne laissant plus de travailleurs accéder à des espaces confinés, on réduit le risque humain, ce dont on ne peut que se féliciter.

Un deuxième argument en faveur des inspections digitales est qu’elles mettent la technique au service de l’homme et non l’inverse. Qui plus est, sans se substituer à lui, puisqu’il faut naturellement toujours quelqu’un pour manœuvrer les drones et les robots, ainsi que pour analyser les résultats.

Cela nous amène sans transition à un troisième avantage des inspections digitales : elles augmentent les connaissances et les compétences tant des inspecteurs que des exploitants des processus. Les inspections visuelles par drones livrent des informations qui permettent de gérer les installations avec une précision accrue. En outre, il est possible de comparer les images conservées au fil des ans, ce qui permet d’avoir une vision plus claire des réparations et de la maintenance nécessaires à prévoir. Les différents processus opérationnels dans la gestion des usines chimiques peuvent ainsi être optimisés.

Enfin – et Vinçotte ne manque pas de le souligner –, l’inspection digitale des espaces confinés permet de faire des économies à quatre niveaux :

- une inspection digitale n’occasionne aucuns frais liés à la location et au montage d’échafaudages ;
- les coûts associés à la préparation d’une installation en vue de son inspection sont également réduits. Le temps de ventilation est par exemple raccourci, puisqu’il n’est plus nécessaire qu’une personne pénètre dans l’espace confiné ;
- de manière générale, cette méthode permet de travailler plus vite (et donc, à moindres frais) parce que les données des inspections sont partagées quasiment en temps réel, ce qui accélère les opérations de coordination pendant les temps d’arrêt de l’installation ;
- enfin, il y a moins de frais afférents à la surveillance des personnes présentes dans l’espace confiné.

Publié 12-06-2020

Michiel Sermeus
  180