« iPad elbow » et « textonite » : comment limiter les dégâts ?

Nous passons tous des heures le regard baissé sur nos ordinateurs portables, smartphones ou tablettes. Une habitude loin d’être anodine, préviennent les spécialistes de la santé. De plus en plus d’utilisateurs réguliers se plaignent de douleur dans la nuque, le dos, les bras et les pouces.

Où que vous soyez, du quai de gare à la salle d’attente, les personnes que vous croisez sont penchées en avant. « Les gens utilisent leur smartphone vraiment partout », constate la kinésithérapeute Marlous de Haan. « Et ils adoptent tous la même position : penchés en avant, les yeux rivés sur le téléphone sur leurs genoux. » Une posture tout sauf recommandée pour notre corps.

Certains parlent déjà d’une « bosse des smartphones » ou d’une « textonite ». L’utilisation de ces appareils nous fait trop souvent oublier notre position. Résultat : nous nous tenons mal, affaissés, le dos rond et le menton rentré vers la poitrine. Quand nous nous tenons droits, notre tête pèse environ 5 kg. Inclinée à un angle de 15 degrés, notre crâne devient une charge de 12,3 kg pour notre nuque. À 60 degrés, il atteint le poids de 27,3 kg ! La nuque doit réaliser un effort tel pour compenser qu’elle développe une bosse. Réfléchissez-y : nous passons en moyenne de 2 à 4 heures par jour dans cette position penchée, soit 700 à 1400 heures par an ! En 2016, des docteurs en médecine avaient déjà tiré la sonnette d’alarme. « On observe une excroissance anormale sur la nuque des enfants nés après 1995, ceux de la génération qui a grandi avec les smartphones », s’inquiète Marlous de Haan. Cette anomalie provoque des douleurs dans le dos et la nuque, des difficultés à se concentrer, des vertiges. « Ce sont des symptômes que seuls les adultes connaissaient jusque-là. »
 
Autre articulation sursollicitée par notre usage des applis, des SMS et autres mouvements de « swipe » : le pouce. « Ce doigt n’est pas fait pour ce genre de mouvements précis. Normalement, sa fonction est d’attraper et de serrer des objets. » Pourtant très complète, cette articulation souffre lorsqu’elle est trop stimulée, occasionnant des tendinites, ou « textonites ».
 
Les kinésithérapeutes, familiers des « coudes de joueur de tennis », reçoivent de plus en plus de patients souffrant d’un « iPad elbow ». Le problème est en fait le même : les muscles et tendons s’enflamment lors d’un usage excessif d’un iPad ou d’une souris. « Quand vous utilisez une souris posée à votre droite, votre avant-bras et votre poignet sont constamment sous tension. Dans une position physiologique normale, votre bras devrait être tourné vers l’extérieur, le pouce en l’air. » Marlous de Haan recommande dès lors l’achat d’une souris verticale. « J’ai repéré ces symptômes chez moi, mais ils ont disparu avec l’utilisation de cette souris spéciale. »
 
La kinésithérapeute se montre réaliste face aux nouvelles technologies. « Nous ne pouvons plus nous en passer. D’ailleurs, je ne veux pas devoir m’en passer. » Il est toutefois primordial que nous prenions mieux soin de notre corps. « Si nous ne faisons rien, je crains que les bosses, dos ronds et autres douleurs ne deviennent la norme dans les cinquante prochaines années. »

Quelques conseils de Marlous de Haan :
  • « Portez votre téléphone à hauteur de vos yeux, et non l’inverse »
  • « Au travail, respectez la règle 90-90-90 : coudes et genoux doivent toujours être pliés à 90°, le même angle que celui entre votre tronc et vos jambes. »
  • « Changez régulièrement de position. À la longue, rester dans la même position est néfaste pour votre organisme. Vous êtes longtemps assis au travail ? Compensez en vous levant souvent pour marcher un peu, aller chercher un café, ou optez pour un bureau debout. Troquez votre chaise pour un tabouret : vous vous obligerez à vous tenir droit. »
  • « Investissez quelques euros dans un support pour smartphone. Il soutient votre téléphone pour vous, à un angle de 45°, et soulage votre nuque. »


Sources :
- RTLnieuws, Bochels, stijfheid en pijn: zó verandert je lichaam door je smartphone, 7/2/2018 
- Knack.be, De « sms-nek » : hoe wervels onder onze smartphone-obsessie bezwijken, 25/11/14
 

Publié 30-10-2018

  141