Sécurité

L'alerte terroriste – Que peut l’employeur entreprendre pour protéger ses travailleurs

Notre pays a été secoué mardi par deux attaques terroristes. Une à l’aéroport de Zaventem et l’autre à la station de métro Maalbeek à Bruxelles. Le niveau d’alerte a été relevé au niveau 4 pour tout le pays. Le niveau 4 indique que la menace est toujours grave et imminente. Chacun est appelé à faire preuve de vigilance, aussi bien les travailleurs que les employeurs.

Elaboration des procédures dans l’analyse des risques

L’élaboration de procédures de vigilance suite à une alerte terroriste fait partie de l’obligation de l’employeur de reprendre cet aspect dans son analyse des risques. L’aspect des risques psychosociaux devra aussi y être repris. Ceci cadre dans la politique du bien-être relative aux mesures à prendre en situation d’urgence et en cas de danger grave et immédiat. L’employeur doit également prendre des mesures et donner des instructions à ses travailleurs pour leur permettre, en cas de danger grave et immédiat et qui ne peut être évité, d’arrêter leur activité ou de se mettre en sécurité en quittant immédiatement le lieu de travail. Les travailleurs doivent être informés sur les mesures de protection prises ou à prendre.

Recommandations du Centre de crise

Les recommandations à la population du Centre de crise devraient faire partie de l'analyse des risques ainsi que des mesures de prévention. Sur le site web du Centre de crise on peut télécharger une publication de 2005 : ‘Terrorisme et extrémisme : Les mesures de protection que les entreprises peuvent prendre’. Cette publication trait e.a. de la gestion de prévention et des mesures préventives dans les établissements.

Risques psychosociaux

Les risques psychosociaux doivent également être pris en compte lors de l’analyse des risques. Voici ci-dessous quelques conseils:

Avant tout, il faut communiquer. Le pire que l’on puisse faire serait de ne pas communiquer dans ce type de contexte. Faites le point avec votre personnel sur la situation et sur les aspects liés à la sécurité de votre entreprise. En effet, si celle-ci se situe dans une zone à risques, il s’agit de prendre des mesures exceptionnelles telles que fermeture, sécurisation, gestion des accès, définir des périodes d’ouverture au public.

Il est important que la hiérarchie soit présente et visible pour son personnel. S’il n’est pas possible d’être présent, il faut prendre des nouvelles des équipes et envoyer un message de soutien.

Ensuite, il s’agira d’être proactif et d’évaluer les besoins de votre personnel. Nous vous proposons de leur demander comment ils se sentent par rapport à cette situation et de partir des questions qu’ils se posent (peut-on partir plus tôt ? Comment s’organiser pour les enfants si cela dure ? Que faire s’il n’y a pas de transport ? …) Il vous faudra leur répondre de manière claire et pratique (oui, non, je ne sais pas mais je vais m’informer).

Si des membres du personnel se sentent en souffrance, vous devez ouvrir le dialogue. Chaque chef de service peut proposer un moment informel à son équipe afin de prendre le temps de discuter de la situation, de l’impact que cela a sur l’organisation, sur le personnel, sur l’entreprise.

Si cette première action préventive ne suffit pas, que vous identifiez des personnes en souffrance, faites appel à vos ressources psychosociales : conseillers en prévention psychosociaux habituels. Il vous conseilleront au mieux et vous accompagneront tout au long de cette crise afin que vous la gériez de manière efficace mais aussi humaine.

Publié 25-03-2016

  85