Sécurité

L’alerte travail à domicile officiellement présentée

Le vice-Premier ministre et ministre de l'Emploi, Kris Peeters, a présenté la procédure officielle pour l'alerte travail à domicile. Kris Peeters: « Les tests ont montré qu'une alerte travail à domicile fonctionne. Le travail à domicile lors de conditions hivernales est une solution qui peut prévenir beaucoup de souffrances économiques et humaines. Le test d'alerte travail à domicile montre également qu'il est effectivement possible de résoudre l'un des plus grands défis de notre pays densément peuplé. Le problème des embouteillages n'est pas un fait établi que nous devons accepter ».

L'alerte travail à domicile trouve son fondement légal dans la loi sur le travail faisable de mars 2017. Cette loi permet aux entreprises de prendre des dispositions avec leur personnel concernant le télétravail occasionnel. Concrètement, lorsque l’IRM émet un code orange ou rouge dans des conditions hivernales, il est prévu que cela déclenche l'alerte travail à domicile. La procédure concernant l'alerte travail à domicile, si elle est fournie dans l'entreprise, peut donc être démarrée automatiquement. Cela peut être fait sur l'ensemble du territoire belge ou pour une ou plusieurs provinces ou régions. À travers les médias sociaux et les canaux de communication du gouvernement, un message selon lequel l'alerte travail à domicile est en vigueur sera transmis. L’IRM diffuse également des informations sur les conditions météorologiques via ses propres canaux, tels que son site Web et l'application IRM.

Dans une prochaine phase, le ministre Peeters aimerait également discuter avec VRT, VTM, RTBF et RTL-TVI pour déterminer comment ils pourraient communiquer l'alerte travail à domicile dans leurs bulletins météorologiques.

Accords entre employeurs et travailleurs

Il est crucial pour le succès de l'alerte travail à domicile que les employeurs et les travailleurs prennent de bonnes dispositions à l'avance. Le ministre Peeters appelle donc les entreprises à travailler sur une procédure spécifique pour le télétravail occasionnel et à inclure la possibilité de télétravail occasionnel lorsque le code IRM annonce orange ou rouge lors de conditions hivernales. À cette fin, les employeurs peuvent adapter les règles de travail ou conclure une convention collective par le biais de la concertation sociale.

Kris Peeters: « Lors de l’élaboration de la procédure au sein d'une entreprise, il faut examiner les fonctions qui peuvent télétravailler et celles qui ne le peuvent pas. Mais l'alerte travail à domicile est également une bonne chose pour ceux qui ne peuvent pas travailler à distance. Parce qu'il y a moins d'embouteillages, le trafic est plus fluide jusqu’à leur destination ». Les entreprises trouvent toutes les informations sur l'alerte travail à domicile sur le site internet du SPF Emploi.

Tests de l’alerte travail à domicile

Lundi 11 décembre 2017 : il a neigé dans notre pays pendant les heures de pointe du matin et du soir. Les conséquences se sont fait ressentir. 1 300 kilomètres d'embouteillages en ont résulté. Des milliers de personnes ont été ce jour-là plus longtemps dans leur voiture qu’ils ne l’ont été au travail. L'appel visant à prévenir de telles infractions à l'avenir était général. Cela a créé l'idée de l'alarme de travail à domicile. L’appel au signalement préalable de telles conditions de circulation était général. C’est ainsi qu’est née l’idée de l’alerte travail à domicile.

Jeudi 8 février 2018 : l’IRM a annoncé en fin d'après-midi que le lendemain le code serait orange. Il a ensuite été décidé en tant que test d'appeler les employeurs et les travailleurs à prendre des mesures de précaution et à travailler depuis la maison. Cet appel a été suivi en masse. Le lendemain, les conditions météorologiques étaient plutôt bonnes le matin. Par contre, pendant le pic du soir, il y a eu des averses de neige et les conditions étaient beaucoup moins bonnes. Grâce au travail à domicile, l'impact sur le travail était minime. Il n y eu que 20 kilomètres d'embouteillages sur nos routes.

Vendredi 2 mars 2018 : l’IRM a signalé un code orange dans la matinée car les modèles météo indiquaient un changement de situation. Comme il n'y avait pas de procédure formelle pour l'alerte travail à domicile et qu’il est important que les entreprises y soient préparées, il était trop tard pour réémettre l'alerte travail à domicile. Ce jour-là, les conditions météorologiques étaient plutôt bonnes le matin. Par contre, pendant l'heure de pointe du soir, il y a eu du verglas, des averses de neige et les conditions étaient beaucoup moins bonnes. L'impact sur le travail a été particulièrement important. Il y a eu près de 500 kilomètres d'embouteillages sur nos routes, soit plus de 20 fois plus que le 9 février.
 

Publié 15-03-2018

  64