Sécurité

L'épilepsie au travail

En tant qu'employeur, connaissez-vous vos obligations envers les personnes souffrant d'épilepsie au travail ? La mise en place "d'adaptations raisonnables" est souvent très simple selon la fonction exercée, pour autant que l'on sache quels éléments servent de déclencheurs aux crises.

Évaluations individuelles des risques pour la santé et la sécurité

L'épilepsie est une affection qui touche le cerveau et provoque des crises à répétition. 
Lorsqu'une personne est atteinte d'épilepsie, l'employeur est tenu de procéder à une évaluation individuelle des risques pour la santé et la sécurité afin de s'assurer qu'elle est capable de mener ses tâches à bien en toute sécurité.
 
Certaines questions doivent être discutées entre la personne concernée et son employeur afin d'évaluer le risque, notamment :
  • Que vous arrive-t-il concrètement en cas de crise ?
  • Vos crises sont-elles sous contrôle ?
  • Quelle est la fréquence de vos crises ?
  • Se produisent-elles à un moment particulier de la journée ?
  • Y êtes-vous sujet lorsque vous êtes éveillé, endormi, ou les deux ?
  • Existe-t-il certains éléments qui sont plus enclins à provoquer vos crises, comme le manque de sommeil, la fatigue, le stress, certains changements hormonaux, la présence de flashes de lumière ou de motifs clignotants ?
  • Êtes-vous averti de l'imminence d'une crise par des signes avant-coureurs ?
  • Combien de temps vos crises durent-elles ?
  • Comment vous sentez-vous après une crise ?
  • Combien de temps vous faut-il pour récupérer ?
  • Avez-vous besoin de soins d'urgence ou spécifiques lors de la prise en charge ou du suivi d'une crise ?
 
Une fois les réponses à ces questions connues, l'employeur peut juger si certaines "adaptations raisonnables" sont nécessaires.

Obligation de procéder à ces adaptations raisonnables

Les employeurs sont tenus de réaliser de telles adaptations lorsque leur absence risque de désavantager clairement un travailleur moins-valide par rapport à ses collègues valides. La qualification de "raisonnable" dépend :
  • de la capacité de l'adaptation à supprimer effectivement l'obstacle
  • du caractère pratique de l'adaptation
  • du coût de l'adaptation rapporté aux ressources de l'organisation
  • de l'existence d'une aide financière.
 
Certains épileptiques n'ont pas besoin que leur lieu de travail soit adapté, par exemple les personnes n'ayant jamais de crise ou celles qui ne risquent pas de se blesser si elles en ont une au travail. D'aucuns savent que certaines situations spécifiques peuvent "déclencher" leur crise, par exemple un état de fatigue, un stress ou une simple anxiété. La compréhension de ces éléments déclencheurs peut être un moyen efficace d'identifier les adaptations raisonnables à apporter en pratique.
 
Si les crises sont provoquées par la fatigue, un travail à pauses ou en équipe risque d'accentuer le phénomène et donc de multiplier les épisodes parce que cette organisation du travail peut perturber le schéma de sommeil habituel. Dans ce cas, on peut envisager de modifier le régime de travail, de réduire le travail en équipe ou de moduler l'horaire de la personne en question.
 
Les adaptations raisonnables destinées aux travailleurs épileptiques peuvent recourir aux stratagèmes suivants :
  • un horaire fixe plutôt que des plages de travail variables
  • un changement de lieu de travail en optant par exemple pour un endroit plus proche du domicile ou de services auxiliaires
  • une multiplication des pauses pour éviter toute fatigue excessive
  • la mise à disposition d'un coach
  • la libération de temps supplémentaire à consacrer à la formation, si nécessaire
  • l'établissement d'une routine et d'un programme de travail clairs
  • la mise à disposition d'un poste de travail personnalisé et sécurisé autant que possible pour une personne susceptible à tout moment de faire une crise
  • l'autorisation de disposer de périodes de temps supplémentaires pour suivre son traitement/se rendre à ses rendez-vous médicaux, dans le cadre de la politique de prise en charge des personnes moins-valides
  • l'échange de tâches avec certains collègues, moyennant leur accord.
 
Dans certaines circonstances, les adaptations échouent toutefois à améliorer la sécurité du travail en cas de crises incontrôlées; c'est le cas des tâches effectuées :
  • en hauteur et sans protection (par exemple sur un échafaudage)
  • à proximité d'un plan d'eau
  • sur des installations à haute tension ou des circuits électriques directement accessibles
  • sur ou à proximité de véhicules en mouvement
  • à proximité de feux, de four ou de plaques chauffantes sans surveillance.

Premiers soins à apporter en cas de crise d'épilepsie

Les premiers soins à apporter à une personne faisant une crise d'épilepsie sont les suivants :
  • éviter que la victime ne se blesse
  • glisser un support sous sa tête (coussin, vêtement plié,...)
  • chercher si elle porte une carte d'identité d'épileptique ou un bijou d'identité
  • faciliter sa respiration en la relevant doucement pour qu'elle puisse récupérer une fois que la crise a pris fin
  • rester avec la personne jusqu'à ce qu'elle ait complètement récupéré.
 

Publié 04-01-2016

  41