Le bruit ne nuit pas seulement à l’audition

Si le lien entre exposition excessive au bruit et troubles de l’audition ne fait plus aucun doute, de plus en plus de scientifiques affirment que le bruit peut avoir d’autres conséquences pour la santé.

Troubles de l’audition et autres affections
Il ressort de plusieurs études, entre autres du NIOSH et du CDC aux États-Unis, qu’une exposition fréquente au bruit entraînerait différents problèmes de santé.
Ces études ont révélé qu’il existe un lien entre une exposition de quatre heures par jour ou plus, plusieurs jours par semaine, et les affections cardiovasculaires, comme l’hypertension et un taux de cholestérol élevé. D’après les scientifiques, le stress influencerait la corrélation entre le bruit et l’apparition de ces affections. Le bruit est en effet une source de stress et l’excès de stress nuit à la santé. Une étude allemande fait ainsi état d’un lien entre les environnements bruyants, l’irritation que provoque le bruit et l’arythmie.
Par ailleurs, le bruit peut être à l’origine de troubles du sommeil et d’un manque de repos. De plus en plus de gens vivent et dorment dans un environnement bruyant. Des études ont déjà démontré que le bruit nuit à la qualité du sommeil et le manque de sommeil favorise quant à lui l’obésité, le diabète et les maladies cardiovasculaires.
D’autres chercheurs pensent que le bruit peut être à l’origine de mauvaises habitudes alimentaires et d’une consommation excessive d’alcool. Une expérience menée en 2018 (Journal of Marketing Science) a révélé que les clients commandaient ou choisissaient des aliments plus sains dans les restaurants ou les supermarchés où le volume de la musique était plus faible. L’inverse a été constaté dans les établissements où le volume était plus élevé. Selon d’autres chercheurs, un volume de musique plus élevé serait associé à une consommation d’alcool plus importante.

Comment prévenir ces problèmes ?
La mesure de prévention la plus efficace consiste à limiter autant que possible le bruit dans l’environnement de travail. Comme toutes les nuisances sonores ne peuvent être éliminées, il est important pour les travailleurs de porter une protection auriculaire dans les lieux bruyants. Les employeurs sont tenus de prévoir des protections auriculaires collectives et/ou individuelles s’il ressort de l’analyse des risques que le bruit constitue un danger.
Une exposition d’un quart d’heure pouvant déjà faire des dégâts, il est recommandé aux travailleurs de se protéger également du bruit en dehors de leur environnement professionnel en prenant, par exemple, les mesures suivantes :
  • isoler autant que possible leur habitation ;
  • porter une protection auriculaire dans les lieux bruyants pendant leurs loisirs, comme dans les stades de football ;
  • limiter le bruit à 60 % du volume maximal lors de l’utilisation d’écouteurs ou d’un casque.

Découvrez plus d’infos sur senTRAL

Publié 21-08-2019

  36