Le bureau assis/debout est-il réellement préférable au bureau traditionnel ?

Cela fait des années que l’on souligne les dangers du travail assis. Nous restons beaucoup trop longtemps sur notre chaise, et notre santé physique s’en ressent. Selon certains, il serait toutefois possible d’y remédier en optant pour des bureaux assis/debout. Nous avons vérifié pour vous si ces modèles étaient effectivement un investissement utile et judicieux.

Le fait de rester assis – entendez de manière prolongée et sans activité physique suffisante – est mauvais pour la santé. Les solutions et stratégies qui permettent de résoudre ce problème méritent donc d’être analysées.
Nous allons d’abord passer en revue les avantages et inconvénients des bureaux assis/debout. Nous reviendrons ensuite sur une enquête consacrée à leur efficacité. Et nous terminerons par plusieurs points d’attention qui vous aideront à prendre une décision.

Avantages
Les bureaux assis/debout présentent un avantage évident: ils permettent de varier facilement les positions. Le fait de rester assis toute la journée est mauvais pour la santé, surtout lorsque l’on reste « collé » sur sa chaise pendant des heures. Il est donc conseillé de se lever de temps en temps. Différentes enquêtes ont démontré qu’un bureau assis/debout pouvait réduire les problèmes de dos, de nuque et d’épaules (bien que le contraire soit également vrai, comme nous allons le voir plus bas).
Mais ce n’est pas tant la position debout en elle-même qui améliore le confort que le changement de posture. Le fait d’alterner fréquemment les positions est bon pour le corps (et parfois l’esprit). Et si vous avez la possibilité de travailler tantôt assis, tantôt debout, vous avez déjà deux options à votre disposition.
Mais il est tout à fait possible de changer de position avec d’autres types de meubles. Outre la chaise de bureau classique, il existe des sièges-ballons, des sièges assis genoux et des tabourets à selle.
Inconvénients
Le principal risque pour la santé lié au bureau assis/debout serait de rester debout trop longtemps afin de compenser le temps passé assis. Un choix tout aussi néfaste, puisque travailler debout au même endroit et sans interruption peut provoquer divers problèmes physiques, comme des douleurs aux genoux, des crampes aux jambes ou des jambes lourdes. Une fois encore, mieux vaut varier les positions plutôt que rester longtemps dans la même.
Si vous utilisez un bureau assis/debout, ne gardez pas la même position plus d’une heure et ne travaillez pas debout plus de quatre heures par jour au total. Une bonne approche serait de travailler assis pendant une heure, puis debout pendant 15 à 20 minutes.
On ne connaît toutefois pas le rapport idéal entre les deux positions. Chaque corps étant différent, il pourrait bien varier d’une personne à l’autre.
Et que dit la science ?

Une étude de 2019 présentée sur Ergonomiesite.be a analysé les effets sur le corps et l’esprit du travail sur des bureaux assis/debout.
En voici les principales conclusions :
Effets positifs sur la santé physique : le fait de travailler sur un bureau assis/debout a un effet positif sur le cœur, en particulier pour les personnes souffrant de surpoids ou d’obésité. Le rythme cardiaque était 8 à 14 battements par minute plus élevé en cas de travail sur un bureau assis/debout. La consommation d’énergie était également supérieure (4-10 kcal/h). L’effet est toutefois négligeable pour les personnes en bonne santé. Les bienfaits physiques sont donc très limités.
Pour les personnes souffrant de douleurs lombaires chroniques, le bureau assis/debout peut être une solution. Après trois mois, ce groupe ressentait en effet beaucoup moins de douleurs.
Les bureaux assis/debout peuvent avoir des effets positifs sur certaines zones du corps: dans 43% des études analysées, ces modèles ont réduit les douleurs physiques, surtout au niveau des lombaires. Mais la position debout n’est pas par définition meilleure que la position assise: dans un quart des études, les problèmes physiques étaient au contraire moindres en position assise. Ils concernaient souvent des douleurs aux jambes, des gonflements au niveau des pieds ou des jambes et – les revoilà – des douleurs lombaires. Conclusion: que l’on soit assis ou debout, c’est l’excès qui provoque des troubles physiques.
Les bureaux assis/debout n’ont pratiquement aucun effet positif sur les prestations cognitives (attention, mémoire, temps de réaction). On n’observe pas non plus de baisse de l’absentéisme ni de hausse de la productivité.
Les bureaux assis/debout peuvent par ailleurs vous donner l’impression de bien vous y prendre : deux tiers des utilisateurs ont indiqué un effet positif sur leur auto-efficacité. Pour d’autres facteurs psychologiques (satisfaction, humeur), on n’a observé aucun effet de manière générale.
L’effet des bureaux assis/debout sur les changements de position a été limité. Avec un modèle de ce type, le haut du corps change plus de position, mais pas de manière suffisante. Le plus important est donc de varier les positions et d’en adopter plein de différentes !
Les bureaux assis/debout poussent-ils pour finir à une plus grande activité? Non, car la station debout est elle aussi sédentaire.
Conclusion de l’étude : les effets des bureaux assis/debout sur la santé ne sont pas aussi évidents qu’on le prétend. Le problème n’est pas lié au fait d’être assis (ou debout), mais d’avoir une activité sédentaire qui ne consomme que peu d’énergie. La position en elle-même n’a en réalité aucune espèce d’importance.
Points d’attention: vision globale
1. Analyse des risques
Il est évident qu’une analyse des risques ergonomiques liés à un poste de travail avec écran ne doit pas uniquement déboucher sur l’achat de bureaux assis/debout, mais qu’elle nécessite une véritable réflexion.
Ces bureaux doivent en effet répondre à certaines exigences. Ils doivent par exemple être mats, non réfléchissants et clairs (mais pas blancs). Le système de levage doit fonctionner correctement et le bureau doit être suffisamment réglable en hauteur (65 à 125 centimètres). Pour le choix d’un bon bureau, la norme européenne NBN EN 527 Mobilier de bureau - Tables de travail de bureau peut servir d’orientation.
L’analyse des risques ne doit en outre pas se concentrer uniquement sur le bureau, mais aussi tenir compte de la chaise et des différents accessoires (écran, clavier, etc.).
2. Utilisation
Les bureaux assis/debout doivent par ailleurs être utilisés correctement. Il est en effet fort probable que les collaborateurs les utilisent mal. Il faut donc leur apprendre à bien le faire, et à varier les positions.
Certains problèmes fréquents témoignent de l’importance d’une utilisation correcte des bureaux assis/debout:
Le fait de rester trop longtemps dans une position statique provoque fatigue et inconfort;
Si la position debout est trop basse, les utilisateurs auront tendance à se pencher sur les coudes, ce qui est mauvais pour le corps;
Le fait de travailler debout provoque une flexion accrue du poignet lors de l’utilisation du clavier. En position assise, le poignet se trouve dans une position plus neutre (et donc meilleure).
3. Changement de comportement
Pour amener un changement de comportement durable (dans le cas présent: travailler assis et debout), la formation ne suffit pas, et un accompagnement est indispensable. Les collaborateurs doivent être sensibilisés et incités à varier réellement les positions.
Dans un premier temps, ils doivent être sensibilisés aux risques liés à une position assise prolongée et aux avantages des changements de position. Après cette séance d’information, ils doivent suivre une formation et recevoir des instructions sur l’utilisation correcte d’un bureau assis/debout.
Il peut ensuite être utile de partager en groupe les premières expériences liées à cette nouvelle façon de travailler.
Des outils peuvent également être utilisés afin de favoriser le changement de comportement, comme un rappel de changement de position (via une application ou un programme informatique, par exemple).
4. Activité physique dans un environnement de bureau
Idéalement, ce changement doit s’inscrire dans une politique plus large, qui promeut l’activité et la santé dans l’environnement de bureau et souligne également l’importance d’une alimentation saine, par exemple.
Le simple fait d’installer des bureaux assis/debout ne suffit pas. Il faut encourager une position de travail active, qui permet d’éviter une tension musculaire statique prolongée. Il ne faut donc pas se concentrer uniquement sur le travail sur ordinateur. Peut-être peut-on par exemple inviter les travailleurs à téléphoner en se déplaçant ou à organiser des réunions en marchant/debout. À aller voir d’un collègue plutôt que lui envoyer un e-mail. À aller régulièrement chercher un verre d’eau. À se promener durant la pause de midi. Ou encore à quitter toutes les demi-heures leur chaise de bureau (ou leur bureau assis/debout).
Pensez aussi aux nombreuses alternatives aux bureaux assis/debout qui favorisent l’activité physique (comme les vélos de bureau). Plus le niveau d’activité est élevé, mieux c’est.

Conclusion

Il ne faut pas croire aveuglément les vendeurs de bureaux lorsqu’ils affirment que les modèles assis/debout améliorent par définition la santé, le bien-être mental, la concentration et la productivité.
Les travailleurs de bureau doivent être incités à changer régulièrement de position. Un bureau assis/debout peut les y aider, mais il existe de nombreuses autres solutions.
Pour des résultats plus marqués sur la santé, l’activité physique et les dépenses d’énergie doivent être favorisées.
Les différents points d’attention évoqués peuvent favoriser un travail de bureau plus sain, aussi bien physiquement que mentalement.
Pour finir, n’oublions pas que les bureaux assis/debout peuvent représenter un lourd investissement. Il convient donc de chercher un fournisseur qui offre une garantie (également sur le système de levage) et vous permet de les essayer (pendant un mois, par exemple).

Auteur: Michiel Sermeus

Publié 27-07-2020

  300