Sécurité

Le manque de sommeil tout aussi dangereux au volant que la consommation d’alcool

Les personnes qui n’ont pas suffisamment dormi – une à deux heures trop peu – ont presque deux fois plus de chances d’avoir un accident de voiture dans les 24 heures qui suivent que quelqu’un qui a eu une nuit de repos suffisante – de 7 heures ou plus. Autrement dit, ce risque est comparable à celui lié au taux d’alcoolémie maximal autorisé par la loi : 0,5 pour mille d’alcool dans le sang.




Pour ceux qui n’ont dormi que quatre à cinq heures, le risque d’accident est même quatre fois plus important. En dessous de quatre heures de sommeil, il est même un peu plus de onze fois supérieur.
Tels sont les résultats d’une étude réalisée par l’association américaine AAA Foundation for Traffic Safety sur la base de près de 5000 rapports de police concernant des accidents de la circulation. Aux États-Unis, 35 % des automobilistes dorment moins que les 7 heures recommandées.

David Yang, de l’AAA Foundation for Trafic Safety, exprime toute son inquiétude : «Vous ne pouvez pas vous attendre à rouler aussi prudemment et attentivement lorsque vous manquez de sommeil».
Les conducteurs qui peinent à garder les yeux ouverts, dévient de leur voie de circulation ou ne se souviennent plus des derniers kilomètres ont tout intérêt à s’arrêter pour faire une sieste. Cependant, plus de la moitié des automobilistes qui s’assoupissent au volant et provoquent ainsi un accident ne ressentent aucun de ces symptômes avant de s’endormir.

L’AAA conseille donc fortement d’éviter le manque de sommeil. Un bon équilibre entre le travail et la vie privée peut contribuer à la sécurité au volant, puisque de trop longues heures de travail ne doivent pas être compensées par un temps de sommeil raccourci. «Les personnes qui ont des habitudes saines en matière de sommeil ne mettent personne en danger, ni elles-mêmes, ni les autres», affirme Yang.
  • Roulez de préférence en journée, lorsque vous êtes normalement éveillé.
  • Faites une pause au moins toutes les deux heures.
  • Évitez les repas lourds juste avant de prendre le volant ou pendant la conduite.
  • Faites-vous accompagner d’une personne attentive.
  • Évitez les médicaments qui provoquent un état de somnolence
Voir aussi sur senTRAL:


 
 

Publié 08-02-2017

  79