Le télétravail au temps du corona : est-ce vraiment une bonne chose ?

La pandémie de coronavirus a contraint bon nombre d’employés de bureau à travailler de chez eux. Généralement moins favorables, les circonstances de ce télétravail sont bien différentes du cadre habituel. Quelles leçons pouvons-nous en tirer ? Ce régime de travail se généralisera-t-il à l’avenir ?

L’institut de recherche pour le travail et la société de l’université de Louvain (HIVA) a enquêté sur la question pour découvrir dans quelles conditions le télétravail est bénéfique à la productivité.

Contexte normal

En 2019, à peine plus d’un employé de bureau sur cinq travaillait un jour ou plus par semaine depuis son domicile.
Des études ont démontré que ces journées de télétravail présentent deux avantages majeurs :
  • La productivité augmente grâce à une meilleure conciliation de la vie privée et de la vie professionnelle.
Lorsque le télétravail leur permet d’exécuter de menues tâches relevant de leur vie privée (promener le chien ou lancer une lessive, par exemple) dans la journée, les travailleurs ont tendance à se montrer plus productifs. Cette autonomie leur donne en effet un sentiment de mieux maîtriser à la fois leur vie privée et leur travail, ce qui réduit leur niveau de stress tout en augmentant leur productivité. En outre, lorsqu’ils disposent de cette flexibilité, les employés sont plus enclins à travailler en dehors de leur horaire habituel. Ou, pour reprendre les termes du HIVA : « travail et vie privée deviennent des pôles complémentaires, et non opposés. »
La productivité augmente grâce à une concentration accrue.
  • Lorsque les travailleurs ont la chance de pouvoir aménager un espace de travail confortable où ils peuvent se concentrer et travailler sans être dérangés, ils y sont plus productifs qu’au bureau, où leurs collègues peuvent être une source importante de distraction.
Toutefois, tous les employés de bureau ne sont pas demandeurs d’un régime de télétravail, car ils craignent justement une diminution de leur productivité. Pour beaucoup, la séparation floue entre vie privée et travail à domicile nuit à leur concentration. Il leur est plus difficile de se mettre au travail le matin et de ne plus y penser une fois la journée terminée. C’est là un des inconvénients connus du télétravail, qui peut engendrer plus de stress et une productivité en berne.
N’oublions pas que le télétravail n’est pas proposé à tous les collaborateurs : la décision dépend souvent de la volonté des supérieurs. Les responsables accordent plus facilement leur confiance (indispensable pour le télétravail) aux travailleurs performants qui sont autonomes dans leurs tâches. Les autres ne peuvent donc pas toujours profiter du régime de télétravail de leur entreprise.
Aparté : Des études ont démontré que la confiance du responsable et l’expérience déjà acquise en télétravail sont des facteurs bénéfiques pour l’efficacité de ce régime de travail. Encore faut-il donner leur chance aux collaborateurs.
Dans un contexte normal, le télétravail n’a d’ailleurs pas que des avantages. Les contacts directs au bureau sont en effet cruciaux et contribuent à de meilleures relations professionnelles, lorsque tout se passe bien. La productivité des individus et du groupe s’en voit alors renforcée.

(photo: Unsplash - Charles Deluvio)

Contexte de pandémie


La situation actuelle change la donne. La productivité n’est pas toujours au rendez-vous, même pour les télétravailleurs les plus rodés.
Puisque les autres personnes qui vivent sous leur toit (partenaire, enfants) sont également à la maison, les collaborateurs ont moins de possibilités d’installer un poste de travail digne de ce nom. Résultat : ils sont nombreux à devoir répondre à leurs e-mails au beau milieu du salon.
S’ajoutent à cela quantité de distractions diverses et impérieuses, comme l’accompagnement des devoirs des enfants. La simple présence du partenaire – également en télétravail, parfois – et des enfants – qui jouent ou qui s’ennuient – viennent s’ajouter au stress général, au détriment du travail.
Il est connu que le télétravail ne réduit les conflits entre vie privée et professionnelle que lorsqu’il est choisi librement, lorsque les travailleurs ne se sentent pas forcés – par leur travail ou par des facteurs personnels – d’opter pour une solution qui ne leur convient pas. La crise que nous traversons a mis à mal cette liberté de choix. Les employés de bureau sont contraints de travailler tous les jours de chez eux (au lieu d’un ou quelques jours par semaine seulement), même s’ils avaient toujours refusé de le faire. La productivité de tous est donc mise à mal, qu’ils soient habitués ou découvrent cette organisation du travail.
Conseils aux télétravailleurs non convaincus
Dans son article, le HIVA donne deux conseils aux employés n’étant pas rompus à l’exercice du télétravail.
Les personnes qui ne travaillent jamais de chez elles ont souvent besoin de contacts sociaux pour être productives. Dans ce contexte de confinement, il est dès lors très important qu’elles recherchent activement ce contact. Plusieurs possibilités s’offrent à elles, dont les vidéoconférences via Skype ou d’autres formes d’échange à distance. Un animal de compagnie apporte également un peu de réconfort, une autre forme de contact social.
Pour contrer cette séparation floue entre le travail et le reste de la journée, les télétravailleurs connaissent l’importance de délimiter physiquement leur espace de travail, en aménageant une pièce à part. Si ce n’est pas possible, ils peuvent tout de même opter pour une distinction symbolique, au moyen de rituels qui encadrent leurs heures de travail.
Conclusion
En théorie, les employés de bureau devraient toujours être libres dans leur choix de travailler de chez eux, en fonction de leurs envies et de leur productivité. Et cela implique le choix de préférer travailler au bureau. Le télétravail n’est pas fait pour tout le monde et exige que certaines conditions soient remplies, comme un nombre limité de jours de télétravail par semaine, avec certains jours de présence au bureau.
La crise du coronavirus complique la situation et oblige dans bien des cas l’ensemble du personnel à travailler à domicile. Si certains apprécieront le gain de productivité qui en découle, d’autres vivront l’effet inverse.
C’est pourquoi le HIVA recommande aux responsables de faire preuve de souplesse. Dans ce contexte exceptionnel, il apparaît encore plus clairement que les performances s’apparentent davantage à un marathon qu’à un sprint final. Les fluctuations de productivité sont normales et un bon équilibre entre vie privée et vie professionnelle est une condition essentielle pour des performances sur le long terme.
Télétravail : tout ce que vous devez savoir !
Dans quelle mesure le travail flexible est-il réalisable ?
Coronavirus et travail à domicile : à quoi faut-il être attentif ?
Source : Nieuwsbrief HIVA, “Thuiswerk: eindelijk productief! Of niet”


Auteur: Michiel Sermeus

Publié 11-05-2020

  119