Sécurité

Le travail de nuit a un impact sur les capacités du cerveau

Travailler par quart durant des années peut causer une baisse chronique de la mémoire. C’est ce qui ressort d’une étude longitudinale dont les résultats ont été publiés dans la revue Occupationnal and Environmental Medicine.
Peu de connaissances sur les effets sur la mémoire
Le travail posté perturbe, tout comme un décalage horaire chronique, le rythme de la vie sociale des travailleurs. Dans plusieurs études scientifiques il est montré que le travail posté est lié à des problèmes accrus de santé (par exemple ulcères d’estomac, maladies cardiaques, syndrome métabolique, cancers,…) et à des conséquences notables sur la sécurité au travail et la productivité.
 
Jusqu’ici il n’existe encore aucune preuve de l’influence des services par quart sur les capacités cognitives à long terme. Les chercheurs de l’université de Toulouse souhaitaient clarifier via leur recherche les effets de travail posté sur le cerveau.   
Etude longitudinale
Les chercheurs ont testé trois différents types de capacités cognitives auprès de 3232 travailleurs et pensionnés: en 1996, en 2001 et en 2006. De cette manière, ils ont pu déterminer si le travail posté de longue durée a des effets sur la mémoire.
Ne pas sous-estimer les conséquences
Travailler 10 ans ou plus dans des horaires irréguliers de travail posté avec travail de nuit fait certainement vieillir le cerveau de six années, en plus de la diminution normale de la mémoire et de la vitesse de traitement.
 
Même après que les travailleurs aient arrêté d'avoir des horaires de travail irréguliers, l’effet persiste. Au plus tôt cinq ans après l’arrêt du travail part quart la réduction de mémoire n’était plus mesurable. Par contre la vitesse de traitement de l’information était encore à la traine en comparaison avec des travailleurs qui ont eu des horaires réguliers.
 
Les risques accrus de problèmes de santé lors du travail de nuit entraineraient des perturbations de l’horloge biologique, qui est influencée par le rythme éveil-sommeil. Durant le travail de nuit et les jours suivants, les travailleurs ont souvent des problèmes de concentration et de mémoire. Il est désormais démontré pour la première fois que la dérégulation du cerveau fonctionne également sur le long terme.
Plus d’infos sur senTRAL:

Publié 06-11-2014

  48