Sécurité

Le VDAB installe des boutons d'alarme en cas d'agression

Le VDAB (Vlaamse Dienst voor Beroepsopleiding en Arbeidsbemiddeling) souhaite installer un bouton d’alarme dans les locaux où les entretiens ont lieu avec les chômeurs. Bientôt le personnel du VDAB devra en effet réprimander si ceux-ci font trop peu d’efforts pour trouver un travail. Ce qui peut susciter une situation de conflit.

Bouton d’alarme en cas d’agression

Tous les demandeurs d’emploi ne régissent pas de manière calme lorsqu’ils apprennent qu’ils vont perdre leurs allocations ou qu’ils doivent davantage rechercher du travail. Le VDAB souhaite protéger ses travailleurs contre ces formes d’agression, en équipant les locaux d’un bouton d’alarme.
 
Le bouton sera placé à un endroit discret dans toues les locaux du VDAB où des collaborateurs font des entretiens. En cas de besoin un intermédiaire est avertit et intervient aussi vite que possible. Le VDAB prévoit également dans ses bâtiments des voies d’évacuation.

Autorité de contrôle

Le VDAB accompagne les personnes vers un emploi. A partir de l’année prochaine il pourra également contrôler et sanctionner. Via la sixième réforme de l’Etat, cela relèvera de la compétence du VDAB.
 
Déjà maintenant le VDAB doit tenir compte des agressions. En 2014 il y a eu 77 plaintes. «Il s’agit de moins de 0,1% des demandeurs d’emploi. Nous avons bien des formations pour gérer les agressions, mais cette autorité de contrôle constitue un risque supplémentaire», explique la porte-parole du VDAB Shaireen Aftab.
 

Publié 12-10-2015

  21