Sécurité

Les comités européens prévoient davantage de décès liés à l’amiante

Le Comité économique et social européen (CESE) et le Comité des Régions (CdR) tirent la sonnette d’alarme, annonçant que le nombre de décès liés à l’amiante est désormais estimé à 47.000 par an. Ce nombre, plus élevé qu’on ne le pensait (50% de plus qu’estimé précédemment), est le double des décès dus aux accidents de la route. De nouveaux groupes à risque sont apparus: élèves et enseignants, bricoleurs et personnel d’entretien.
 
En dépit de son interdiction en 2005, l'amiante reste présent dans de nombreux endroits: navires, trains, machines, tunnels et conduites des réseaux publics et privés de distribution d’eau. L’amiante a été largement utilisé dans les bâtiments construits entre 1961 et 1990. Les millions de tonnes d'amiante qu'ils contiennent encore mettent en danger non seulement les travailleurs du bâtiment et le personnel d’entretien, mais potentiellement toute personne présente ou occupant les immeubles concernés.
 
La conférence «Désamianter l'Europe en toute sécurité» constituait une action de suivi de l'avis du CESE sur l'amiante, publié au mois de février. Celui-ci invite instamment la Commission européenne et les États-membres à suivre l’exemple de certains États membres, qui ont mis en place des registres publics répertoriant les bâtiments contenant de l’amiante et ont élaboré des plans d'action pour désamianter en toute sécurité. Dans les plus grands États-membres, les programmes de désamiantage pourraient coûter jusqu’à 10 à 15 milliards d’euros par pays.
 
 
Le comité demande également à la Commission européenne:
  • de lier son programme de désamiantage en toute sécurité à son programme sur la rénovation d’immeubles à des fins d'efficacité énergétique;
  • d’améliorer la surveillance du marché pour ce qui est de l'importation de produits contenant de l’amiante dans l’UE;
  • de fournir des ressources adéquates aux autorités régionales pour relever les défis liés à l’amiante;
  • d’effectuer une analyse rigoureuse des risques existants.

Plus d’infos sur senTRAL:

Publié 10-08-2015

  88