Sécurité

Les défibrillateurs sont trop peu utilisés

Dans notre pays, 10.000 défibrillateurs automatisés externes sont présents dans les entreprises, gares, … L’utilisation de ceux-ci reste cependant malheureusement basse, d’après De Standaard. Le plus grand obstacle ? Les personnes présentes sont souvent réticentes à utiliser ces appareils.

Même une personne non formée peut sauver la vie de quelqu’un qui a un arrêt cardiaque, en provoquant une décharge électrique avec un DAE. Si l’intervention a lieu dans les 3 à 5 minutes de la perte de conscience, les chances de survie augmentent de 50-70%.

Dans un rapport du Centre fédéral d’expertise des soins de santé (KCE) publié le 26 octobre, les experts évaluent qu’en Belgique les défibrillateurs ne permettent de sauver qu’entre 6 et 28 vies par an. Ce qui est peu en comparaison des 10.000 défibrillateurs disponibles.

Le nombre potentiel de sauvetage est, selon KCE, beaucoup plus élevé, plus de 700 personnes par an. Il s’agit de personnes qui subissent un arrêt cardiaque dans un espace public, dans lequel les gens se promènent et au moment où un problème cardiaque provoque un arrêt cardiaque. L’écart entre le potentiel et la réalité est donc énorme.

Pourquoi si peu de personnes utilisent les défibrillateurs ? Quelques raisons connues :
  • Il n’existe pas d’aperçu général des emplacements où se trouvent les DAE.
  • Moins de 2,5% des personnes présentes osent administrer un choc électrique en cas d’arrêt cardiaque.
  • Le DAE ne résout pas tous les problèmes. La réanimation manuelle reste essentielle pour combler le délai jusqu’au choc électrique, de sorte que le sang continue à affluer vers le cerveau. Moins de la moitié de la population sait cependant comment réaliser un tel massage cardiaque.
Une solution pourrait être que le gouvernement renforce les formations dans les écoles et entreprises, de sorte que la réanimation soit une compétence de base.

L’inspiration peut être trouvée en Scandinavie. Il existe là-bas une politique mieux élaborée de déploiement des défibrillateurs et d’apprentissage citoyen des techniques de réanimation.


Plus d’informations sur senTRAL :

Publié 03-11-2017

  53