Sécurité

Les EPI du futur : moins nombreux mais plus confortables

Les équipements de protection individuelle (EPI) existent depuis de nombreuses années. Ils ont beaucoup évolué au fil du temps et ne sont certainement pas encore arrivés au terme de leur évolution. 3M s’est penché sur l’avenir des EPI.
Etude
Le fabricant d’EPI 3M a compilé les résultats de son étude sur l’avenir des EPI dans un rapport intitulé ‘Safety outlook and trends report’. Le rapport se concentre sur deux types d’EPI: les protections respiratoires et les protections auditives. Selon les chiffres de l’Organisation Internationale du Travail, les affections des voies respiratoires et de l’appareil auditif figurent depuis des années dans le top 6 des maladies professionnelles les plus fréquentes dans le monde.

Les auteurs du rapport mettent trois tendances en avant: le fait d’accorder plus d’attention, d’une part, à l’usage combiné d’EPI et, d’autre part, au confort des EPI ainsi que le développement des distributeurs automatiques d’EPI.
Usage combiné
Les normes applicables aux EPI reprennent les exigences liées à la conception et les conditions auxquelles les EPI doivent satisfaire. Ces normes, fort nombreuses, ne tiennent cependant en général pas compte de l’usage combiné de différents EPI (p.ex. port simultané de lunettes de sécurité et d’une protection respiratoire).

D’après les auteurs du rapport, dans le futur, la conception des EPI tiendra davantage compte du port combiné de différents EPI.

D’ici là, mieux vaut réfléchir, lors de l’achat de nouveaux EPI, à la manière dont ces derniers peuvent être combinés avec les autres EPI déjà utilisés dans l’entreprise et aux éventuels problèmes qui peuvent se poser.
Distributeurs d’EPI
Dans la plupart des entreprises, conserver une vue d’ensemble de l’utilisation des EPI relève du défi: quels EPI sont utilisés et par quels travailleurs? La gestion du stock (p. ex. les bouchons d’oreilles jetables) pose elle aussi souvent problème.
 
Les auteurs pensent dès lors que, dans le futur, de plus en plus d’entreprises se tourneront vers des distributeurs automatiques d’EPI.

Avec ce système, les travailleurs retirent, au début de leur journée de travail, les EPI appropriés au distributeur grâce à un badge personnel. Le conseiller en prévention peut ainsi aisément avoir une vue d’ensemble des utilisateurs et des EPI utilisés. Un distributeur différent pourra en outre être installé dans chaque département, afin de pouvoir adapter son contenu aux besoins du département en question.

La gestion du stock peut aussi être totalement automatisée de manière à permettre au fournisseur de compléter automatiquement le stock au moment opportun.
Confort
Dans bon nombre de cas, les travailleurs ne portent pas leurs EPI ou les utilisent de manière inappropriée parce qu’ils ne sont pas confortables ou les gênent. L’une des façons d’accroître l’utilisation des EPI consiste donc à en augmenter le confort d’utilisation.

Les auteurs sont convaincus que l’avenir appartient aux EPI légers, respirants (p.ex. masques de protection respiratoire) et qui restent confortables dans un environnement chaud. Les bouchons d’oreilles ou les otoplastiques ne peuvent occasionner ni douleur, ni irritation, même lorsqu’ils sont portés pendant une longue période.
 
Le confort n’est pas le seul facteur d'importance. Selon les auteurs du rapport, la forme gagnera elle aussi en importance et les possibilités d’adaptation seront étendues pour que les EPI s’ajustent bien au corps de la personne qui les porte.
Spécificités des secteurs et durablité des EPI
Les auteurs s’attendent également à ce que de plus en plus d’EPI soient développés en fonction d’un secteur. Certains EPI subiront donc de légères modifications pour satisfaire aux exigences spécifiques du secteur auquel ils sont destinés.

L’intérêt pour la durabilité va également croissant dans l’ensemble de la politique d’entreprise, et donc aussi dans la politique d’achat. Bien qu’à l’heure actuelle, ce sont surtout des matières premières fossiles qui sont utilisées pour fabriquer les EPI (polyester, polyamide, polyéthylène et autres polymères), les auteurs s’attendent, dans le futur, à un recours plus important aux biopolymères et aux fibres naturelles, comme le chanvre et le lin.
Zéro EPI
La vision “zéro EPI”, par analogie à la vision “zéro accident”, a le vent en poupe.

Le recours aux EPI devrait pouvoir être évité en appliquant une bonne politique de prévention. Pourtant, on est tellement habitué à trouver des EPI sur le terrain, que personne ne se pose plus de questions.

Si la politique de prévention est bien menée et la hiérarchie des mesures de prévention respectée dès la phase d’achat et l’installation des machines, les EPI ne sont pas nécessaires. Ce n’est pas un hasard si les EPI sont la dernière étape dans la hiérarchie de prévention…

Les EPI sont encore souvent utilisés comme une solution de facilité. En optant pour le port d’EPI, le responsabilité en matière de sécurité et de bien-être au travail passe de l’employeur au travailleur.

Dans un monde idéal, les entreprises assurent la sécurité de leurs travailleurs en prenant des mesures situées plus haut dans la hiérarchie de prévention et aucun EPI n’est donc nécessaire.
 
 

Publié 07-11-2014

  17