Les exosquelettes ne sont pas encore au point



Photo: Fotolia, ekkasit919
 

Applications

Un exosquelette est un squelette externe ou une combinaison robotisée qui protège la personne qui le porte. Les travailleurs peuvent par exemple l’utiliser pour soulever des charges pesantes. L’exosquelette assure un meilleur soutien et davantage de force au corps humain et permet ainsi de prévenir les surcharges.

Même en cette période d’automatisation à tout va, il subsiste encore de nombreuses tâches manuelles impliquant un risque de surcharge physique pour les travailleurs ; c’est le cas de la préparation de commandes, de l’emballage et des opérations de gerbage, chargement et déchargement. Les troubles musculosquelettiques comme les douleurs lombaires représentent une part importante des maladies professionnelles et des jours d’absence qui en résultent.

Dans le secteur des soins de santé, les exosquelettes sont déjà utilisés depuis les années ‘60, notamment pour la revalidation. Désormais, cette technologie fait aussi son entrée dans l’industrie, pour soulever des charges lourdes ou rendre plus supportables les manipulations répétitives, comme le travail sur une ligne d’assemblage.

Étude

En collaboration avec plusieurs entreprises telles que Colruyt, Danone et Bpost, la VIL a réalisé une étude sur l’utilisation des exosquelettes passifs dans les entrepôts. Ces structures externes redistribuent la force humaine par le biais de ressorts.

Cette étude a permis de mettre un certain nombre de constats en évidence :
Les exosquelettes soulagent les muscles dorsaux à concurrence d’environ 10 %.
Pour bénéficier de l’assistance du squelette, le travailleur doit d’abord s’appuyer contre le ressort pour le mettre en tension, ce qui est fatigant.
Dans certaines situations, l’usage de l’exosquelette déplace la contrainte du dos vers les épaules ou les hanches.
Le confort des exosquelettes est perfectible. La structure limite la liberté de mouvement des travailleurs ; elle pèse lourd et donne chaud aux utilisateurs.
La VIL et les entreprises participantes concluent que les exosquelettes recèlent un certain potentiel, mais que la technologie doit encore être optimisée. En outre, il en existe de très nombreux types. Les employeurs doivent donc procéder à une analyse précise afin de choisir le modèle le mieux adapté à leur situation.
 

Plus d'informations sur senTRAL :

Publié 12-06-2019

  33