Les professions les plus exposées au Covid-19

Certaines professions courent un risque plus élevé de contracter le SARS-CoV-2. Dans cet article, j’aborde les principaux facteurs de risque et les fonctions concernées, ainsi que les actions à entreprendre.

Exposition à des personnes malades

Les travailleurs exposés à des personnes atteintes du Covid-19 dans le cadre de leur travail sont de loin les plus à risque d’être eux aussi contaminés.
Le personnel médical (médecins et infirmiers dans les hôpitaux, et, dans une moindre mesure, médecins généralistes, spécialistes et dentistes) est donc le plus exposé. Les échantillons de tests sérologiques permettant d’objectiver les infections le confirment d’ailleurs : les résultats sont nettement plus souvent positifs au virus dans ces groupes.
Les travailleurs actifs dans les soins aux personnes ou l’aide à domicile et qui s’occupent de personnes âgées courent également un risque accru. La situation dans les maisons de repos et de soins en Belgique l’a parfaitement démontré.
Le personnel de première ligne est également très vulnérable. Fedris a par conséquent décidé de reconnaître le Covid-19 en tant que maladie professionnelle pour les pompiers et les ambulanciers également.
Pendant leur travail, ces professionnels se retrouvent, par la force des choses, en contact étroit et répété avec des personnes malades. La mise à disposition des équipements de protection individuelle requis, comme les masques FFP2, est donc primordiale. Les mesures d’hygiène du travail, comme le lavage régulier des mains, la désinfection des surfaces fréquemment utilisées et la ventilation des espaces, sont également indispensables.

(illustration : Unsplash - Luis Quintero)

Contacts étroits et/ou répétés
Puisqu’au moins un tiers des personnes infectées et contagieuses ne présentent pas (encore) de symptômes, les contacts étroits et/ou répétés représentent également un risque majeur.
Sont ici concernés les métiers de contact, comme les coiffeurs, les esthéticiennes et le personnel de santé dans la médecine préventive (PMS, médecine du travail, médecine du sport).
Les enseignants sont également en contact étroit et répété avec leurs élèves. Le risque est plus élevé avec les jeunes enfants, en maternelle par exemple, et dans certaines formes d’enseignement spécialisé, qui impliquent parfois des soins, et pour lesquelles le respect de la distanciation sociale n’est pas possible. Si les enfants ne constituent heureusement pas un groupe à risque au niveau de la transmission du virus, la prudence est néanmoins de mise.
Pour finir, les travailleurs actifs dans la vente au détail et l’Horeca et le secteur des loisirs et des sports sont eux aussi fréquemment en contact avec leur clientèle (potentiellement infectée).
Ces groupes ont des contacts répétés et parfois étroits avec d’autres personnes. Des masques buccaux chirurgicaux sont donc une exigence minimale. Idéalement, ils devraient aussi être rendus obligatoires pour la clientèle. Les mesures d’hygiène du travail, comme le lavage régulier des mains, la désinfection des surfaces fréquemment utilisées et la ventilation des espaces doivent également être respectées.
Mauvaise ventilation

Plusieurs publications scientifiques récentes suggèrent que la diffusion du virus par aérosol pourrait aussi constituer une source majeure de contamination. Cette forme de transmission représente surtout un risque lorsque de nombreux travailleurs restent longtemps dans les mêmes locaux, lorsque la ventilation est insuffisante.
Il s’agit par exemple des travailleurs actifs dans l’industrie de transformation de la viande (comme les abattoirs) et dans les call centers.
Outre l’écartement immédiat des travailleurs présentant des symptômes et le télétravail lorsqu’il est possible, une bonne ventilation constitue la principale mesure d’hygiène du travail à mettre en œuvre. Concrètement, il s’agit d’augmenter le débit d’air, de renouveler l’air à 100 % (ou d’installer des filtres HEPA H13) et de permettre un flux optimal de l’air.
Conclusion
Les travailleurs exposés à des personnes malades et qui se trouvent en contact étroit et/ou répété avec leur clientèle courent un risque plus élevé de contracter le Covid-19. En outre, une mauvaise ventilation augmente potentiellement le risque de contamination. Des mesures d’hygiène du travail adéquates et suffisamment poussées s’imposent donc pour éviter une nouvelle épidémie. 
 

Auteur: Edelhart Kempeneers

Publié 13-07-2020

  214