Les systèmes de CVC sont-ils une source potentielle de propagation du virus de la COVID-19 ?

Les médias persistent à publier des articles suggérant que les systèmes de climatisation pourraient propager le coronavirus (agent de la COVID-19). Est-ce vrai ?

Selon les spécialistes, il n’y a pas de raison qu’une entreprise nettoie son installation CVC ou la débranche, même pas lorsqu’une contamination par le coronavirus a été constatée chez un membre de son personnel. Par contre, il est toujours important de bien entretenir ces systèmes, mais cette procédure n’a pas de rapport avec la crise actuelle du coronavirus.
La probabilité que le virus se propage en passant par les systèmes de ventilation est très limitée si les consignes d’entretien sont observées. Il est même déconseillé d’éteindre une installation CVC, car une bonne ventilation des espaces de travail y favorise la qualité de l’air.
Dans le cadre de la crise actuelle du coronavirus, la REHVA (Fédération européenne des associations d’ingénieurs en chauffage, ventilation et conditionnement d’air) a publié le 18 mars dernier des directives relatives aux systèmes CVC.
Règles de base pour entretenir et régler les systèmes CVC

Il faut toujours que les filtres aient été correctement installés et qu’ils soient propres. Suivez pour cela le schéma d’entretien normal.
Assurez un apport maximal d’air neuf. Réglez vos systèmes de façon à ne pas utiliser d’air de récupération (qui serait mélangé à l’amenée d’air neuf). Attention : cette règle ne s’applique pas aux environnements hospitaliers parce que d’autres régimes ou une filtration spécifique de l’air y sont prévus.
Le système idéal est celui qui rejette à l’extérieur la totalité de l’air extrait, éventuellement après l’avoir fait transiter par un échangeur thermique fermé pour en récupérer la chaleur. En effet, dans ce cas, l’air insufflé est neuf à 100 % et il n’entre pas en contact avec l’air extrait.
Les bâtiments de votre entreprise ne sont pas dotés d’une ventilation active ? Aérez vos locaux en ouvrant régulièrement les fenêtres ou en utilisant des grilles de ventilation.
Il est inutile de modifier le réglage des systèmes d’humidification. Une humidité relative (plus) élevée n’a que peu d’effet dans la lutte contre le coronavirus. De plus, nous sommes à une période de l’année où l’humidification se justifie moins, puisque le pourcentage d’humidité relative dépasse en général les 30 % d’office. Les humidificateurs d’air sont souvent éteints en cette saison. Tant que l’humidité relative reste supérieure à 30 %, il n’est donc pas nécessaire d’activer ces installations.
Limitez au strict minimum le nombre de travailleurs présents dans les bâtiments de votre entreprise (uniquement ceux dont la présence est absolument nécessaire). Évitez pour le moment de rassembler de grands groupes de personnes dans les salles de réunion, réfectoires et autres locaux. Donnez la priorité au télétravail quand il est possible en pratique.

(photo : Pixabay)

Règles applicables à la ventilation des lieux de travail

Comme on l’a écrit plus haut, il est conseillé d’aérer régulièrement les bâtiments dépourvus de ventilation active en ouvrant les fenêtres.
Dans les bâtiments à ventilation active, le débit de ventilation minimale absolue est de 25 m³/h d’air frais par personne (concentration de CO2
Source : https://www.idewe.be/fr/-/hvac-corona
Plus d'infos sur senTRAL : Coronavirus : FAQ HSE

Auteur: Geert Van Cauwenberge

Publié 07-04-2020

  427