Sécurité

Les travailleuses de nuit ont-elles la vie plus courte ?

Les femmes qui travaillent régulièrement par quarts rotatifs de nuit pendant au moins cinq ans risquent de mourir plus tôt, selon une étude qui a suivi quelque 75.000 infirmières américaines pendant 22 ans.

Les données sur les quarts rotatifs de nuit tout au long des carrières de 74.862 infirmières ont été rassemblées en 1988 (définition: plus que trois nuits de travail par mois). Puis, on a suivi leur évolution jusqu’en 2010. Pendant cette période, 14.181 décès ont été enregistrés, dont 3.062 étaient attribuables aux maladies cardiovasculaires et 5.413 aux cancers de tous types.
 
En tout, le risque de décès précoce était 11% plus élevé que pour la population générale féminine. Le risque de maladie cardiovasculaire mortelle était 19% plus élevé pour celles qui ont fait des quarts rotatifs de nuit pendant 6 à 14 ans et 23% pour celles qui ont maintenu ce régime de travail pendant 15 ans ou plus.
 
Ces dernières couraient également 25% plus de risque de mourir d'un cancer du poumon. Mais les chercheurs n'ont constaté « aucune association significative » avec d'autres types de cancer.
 
Cette analyse ne confirme donc pas le lien qu’ont établi plusieurs autres études entre le travail de nuit et le cancer du sein.

Publié 14-08-2015

  49