Sécurité

Nos réponses à 5 questions sur les comportements indésirables

Le hashtag metoo a clairement mis la problématique des comportements indésirables sur la carte. Cet aspect psychosocial reçoit également une attention croissante sur le lieu de travail. Evelyne De Mol, conseillère en prévention des aspects psychosociaux chez Attentia, a expliqué lors du webinaire du 18 février (en néerlandais) comment vous pouvez gérer les comportements indésirables travail. Nous avons sélectionné 5 questions de ce webinaire et les réponses correspondantes d'Evelyne De Mol.

Comment différencier harcèlement et agression ? Est-il vrai qu'en ce qui concerne l’agression aucune répétition n’est nécessaire pour qu’il s’agisse d’un comportement indésirable, alors que c’est le cas pour le harcèlement ?

Selon leurs définitions juridiques, il existe en effet une distinction entre agression et harcèlement. Selon la loi, un acte d'agression est considéré comme de la violence et donc comme un comportement indésirable. En revanche, dans le cas du harcèlement, il faut vraiment qu’il s’agisse d'une série de faits.

En tant que médecin du travail d'un service interne, êtes-vous autorisé à intervenir dans la procédure interne d'une intervention psychosociale ?

Le médecin du travail lui-même n'effectue pas la procédure interne, c'est la tâche de la personne de confiance et du conseiller en prévention aspects psychosociaux. Mais si un examen médical révèle des problèmes de santé pouvant être causés par l'exposition à des risques psychosociaux, le médecin du travail doit conseiller au travailleur d'entamer une procédure interne. En outre, le médecin du travail joue un rôle important dans la réintégration des travailleurs absents de longue durée, par exemple à la suite d'un burn-out.

Quel est le nombre réaliste de travailleurs à avoir en back-up ? Par exemple pour éviter les agressions contre le personnel de guichet.

Cela dépend beaucoup de la situation. Pour répondre à cette question, il est nécessaire d'effectuer une analyse des risques liés au travail. Vous établissez ainsi une cartographie, entre autres, des risques psychosociaux auxquels les travailleurs sont exposés. Selon les résultats de l'analyse, vous pouvez établir les mesures préventives nécessaires, par exemple le nombre de personnes nécessaires pour éviter que le personnel de bureau ne soit victime d'agression ou de stress.

Quel type de formation est destiné à la ligne hiérarchique pour introduire à la gestion des comportements indésirables au travail ?

Il existe de nombreux cours de formation pour la ligne hiérarchique. Pour commencer, la sensibilisation autour des aspects psychosociaux en général est une bonne idée, afin que la ligne hiérarchique sache ce qu'est un risque psychosocial. Avec une telle introduction, les managers apprennent la distinction entre harcèlement, violence, harcèlement sexuel, etc., mais les managers apprennent souvent aussi dans ces programmes comment agir en cas de comportement indésirable et comment ils peuvent écouter activement.

Le conseiller en prévention aspects psychosociaux ou la personne de confiance peuvent-ils engager une procédure externe, ou le demandeur doit-il le faire lui-même ?

Vous pouvez, en tant que conseiller en prévention aspects psychosociaux ou personne de confiance, donner votre avis quant à l’activation d’une procédure externe, mais c'est toujours le demandeur qui fait le choix d’engager ou non une procédure pénale. Vous pouvez assumer un rôle de soutien, si le travailleur le souhaite, par ex. aider le demandeur à signaler les faits à la police.
 

Publié 02-05-2018

  67