Sécurité

Pourquoi les bavardages au bureau empêchent de se concentrer ?

Vous ne parvenez pas à vous concentrer sur votre travail à cause des bavardages de vos collègues ? Sachez que vous seriez plus concentré dans un café bruyant. En effet, les conversations sans pertinence perturbent moins la concentration que les collègues qui parlent autour de vous.

Les téléphones qui sonnent, le cliquetis des claviers, le bruit de l’imprimante... Tous ces bruits sont susceptibles de déconcentrer les travailleurs dans un bureau. Des scientifiques ont analysé l’impact d'un bruit de fond sur la concentration. Leur constat ? Plus ce bruit de fond a du sens, plus il est dérangeant.

Quel type de son est le plus dérangeant ?

Des chercheurs en acoustique ont étudié, sous la conduite de chercheurs de l’université de Yamaguchi au Japon, les effets du bruit de fond sur la concentration. Ils ont voulu découvrir quels types de bruit étaient les plus dérangeants.
Les chercheurs ont demandé aux volontaires de se soumettre à un test psychologique. Il s’agissait de filtrer les informations significatives parmi des bruits de fond. Durant la première phase de test, les volontaires ont dû compter le nombre de fois, sur une période de 10 minutes, où ils voyaient apparaître un carré rouge sur l’écran. Dans la seconde phase basée sur le bruit, les participants ont dû identifier un bruit particulier dans un bruit de fond. Il pouvait s’agir d'un bruit de fond sans signification particulière, de musique ou de mots ayant une signification, formulés aussi bien par des hommes que par des femmes.

Le bruit qui a du sens est le plus perturbant

Équipés d’électrodes qui enregistraient leur activité cérébrale, les volontaires ont dû indiquer dans quelle mesure les bruits qu'ils entendaient étaient gênants. Les chercheurs ont constaté que les participants étaient plus dérangés par les bruits qui avaient plus de sens.
Ils se sont rendu compte que la musique ou les fragments de conversations déconcentraient beaucoup plus les participants. Les résultats de l’EEG ont confirmé ce constat : un bruit qui a du sens générait un creux dans l’activité cérébrale enregistrée. Ce creux correspond à une interruption de l’attention et de la capacité de concentration. En d’autres termes : les bruits qui ont du sens déconcentrent plus que les autres bruits de fond.

Masquer les bruits dérangeants par d’autres bruits

C’est le Dr. Takahiro Tamesue, chercheur en acoustique à l’université de Yamaguchi, qui a dirigé l’étude. Sa conclusion est que les conversations autour de nous perturbent souvent ‘l’exécution de notre travail’ au bureau. Il est très difficile de se protéger ces bruits gênants dans un tel environnement.
S'il était possible de masquer une conversation qui a du sens par un autre bruit sans signification particulière, cela permettrait de favoriser un climat acoustique confortable dans un bureau paysager. A terme, ces découvertes pourraient nous inciter à revoir la conception des écoles et espaces de bureau. En attendant, vous pouvez toujours travailler à la maison ou au café.

Plus d'informations sur senTRAL :
 
 

Publié 15-12-2016

  56