Qu’en est-il de la sécurité incendie dans les escape rooms en Belgique ?

Début janvier, un incendie s’est produit dans une escape room en Pologne. Cinq adolescentes ont perdu la vie. Elles n’avaient aucune chance de s’en sortir : la poignée de la porte, côté intérieur où se trouvaient les victimes, avait été dévissée et cachée. Cela faisait partie du jeu. Cette porte fermée était le seul accès vers l’extérieur, les fenêtres étaient condamnées par des plaques de plâtre. Des matériaux inflammables se trouvaient à proximité des installations de chauffage, l’installation électrique relevait du travail d’amateur et des bougies se trouvaient dans la pièce.

Mesures préventives

La Pologne a donc décidé de procéder à des contrôles dans les escape rooms : 26 sites similaires seront inspectés dans de brefs délais par des spécialistes de la sécurité incendie. Le plan à long terme est ambitieux : plus de 1000 adresses recevront une visite préventive des pompiers.

Et en Belgique ?

À la suite de cet accident en Pologne, le député Gautier Calomne a demandé au vice-premier ministre Kris Peeters, en commission de l’économie, quelles étaient les règles applicables en Belgique.

Kris Peeters : « Différentes normes en matière de sécurité incendie s’appliquent aux escape rooms. Il existe des normes de base générales pour la sécurité incendie des nouveaux bâtiments. De plus, le fait que ce soit aussi un lieu de travail implique des obligations supplémentaires en matière de prévention incendie et d’évacuation. Jusqu’à présent, nous n’avons reçu aucune plainte concernant les escape rooms. En cas de doute sur la sécurité des escape rooms situées sur leur territoire, les bourgmestres peuvent demander une inspection des lieux aux pompiers ».

Les prescriptions générales de sécurité auxquelles sont soumis les produits et les services doivent être respectées. Lorsqu’il est question de bâtiments dans lesquels des personnes travaillent, il faut également tenir compte des dispositions de la loi Bien-être, du Code sur le bien-être au travail et du règlement général pour la protection au travail. Plusieurs normes fédérales de base de l’AR du 7 juillet 1994 s’appliquent également aux « nouveaux » bâtiments.

Plus d'informations sur senTRAL :

Publié 13-02-2019

  87