Quelques conseils pour l'analyse des risques

La législation en matière de bien-être (Code du bien-être au travail, livre Ier, titre 2) oblige l’employeur à mettre en place un système dynamique de gestion des risques. Certaines entreprises considèrent ce « document légal » comme une obligation purement administrative qui relève de la compétence du conseiller en prévention et de quelques cadres. Son contenu n’arrive pas jusqu’au lieu de travail. Le document reste caché dans un ordinateur et est envoyé aux donneurs d’ordre en annexe au plan de sécurité. Il est néanmoins important que les collaborateurs qui exécutent les tâches sur le terrain soient au courant des risques et des dangers existants. Le conseiller en prévention peut se servir de quelques outils pratiques ingénieux pour faire en sorte que les analyses des risques atteignent le lieu de travail et éviter qu’elles ne deviennent des « tigres de papier »...

Outil 1 : Réunion de lancement de projet
L’objectif est de passer en revue et d’expliquer concrètement tous les risques et les mesures correspondantes avant le lancement d’un projet. Si un entrepreneur principal fait appel à des sous-traitants pour des travaux spécifiques, ceux-ci devraient aussi être invités à expliquer leurs risques et les mesures de gestion adoptées. L’entrepreneur principal respecte ainsi la législation relative au travail avec des tiers (loi sur le bien-être, chap. IV, sect. I, art. 9, paragraphe 1, 1° et 3°), qui dispose que des renseignements sur les risques et les mesures correspondantes doivent être échangés.
Outil 2 : Formations répétées basées sur la réalité virtuelle
Grâce aux nouvelles technologies, telles que les lunettes de réalité virtuelle, les travailleurs chargés de l’exécution des travaux sont formés (périodiquement) à reconnaître les risques. Ils apprennent ainsi à les anticiper, ce qui peut faire baisser sensiblement le nombre d’incidents et d’accidents réels au travail. Ils peuvent également s’exercer à réagir à différentes situations professionnelles et/ou à appliquer les procédures de sécurité dans un environnement sûr.
Outil 3 : Discussions quotidiennes avant le début des travaux
Le responsable parcourt toutes les tâches à accomplir chaque jour avant le début des travaux et communique les principaux risques ainsi que les mesures correspondantes au reste de l’équipe. Les risques spécifiques (comme certains risques liés à l’environnement et/ou à la météo et au vent) sont soulignés pour que toutes les personnes présentes en soient informées.
Outil 4 : Analyse des risques de dernière minute

Il s’agit peut-être de l’outil le plus efficace mis au point ces dernières années. Il consiste à passer en revue les risques principaux sur le lieu de travail, juste avant le début des activités, pour déterminer de manière critique si les mesures existantes suffisent pour que les travaux se déroulent en toute sécurité. Certaines entreprises se servent de carnets à remplir et/ou de listes de contrôle, tandis que d’autres résument les principaux risques à l’aide d’une fiche récapitulative. L’exercice peut être individuel, mais une dynamique de groupe apportera davantage de paires d’yeux, d’opinions différentes, et de niveaux d’expérience différents.
Plus d’infos sur senTRAL : Analyses des risques

Publié 01-10-2019

  7