Sécurité

Réponses et questions autours de l'usage d'échafaudages roulants

Dans le secteur de la construction, les échafaudages roulants sont très souvent utilisés dans la phase de finition, surtout par les plombiers et les peintres. Les avantages de ce type d'échafaudage sont évidents : il s'agit d'un échafaudage très compact qui peut également être placé sur des surfaces plus petites. Le montage est en outre très simple et rapide. Un développement relativement récent sur ce plan est l’échafaudage roulant avec une plateforme de travail mobile. Ces échafaudages roulants sont équipés d'une plateforme de travail qui peut être réglée via un mécanisme d'entraînement à la hauteur souhaitée. Ce « nouvel » équipement de travail soulève toutefois quelques questions auxquelles le Cnac répond dans cet article de presse.

S'agit-il d'un échafaudage ?

La réponse à la première question est très claire : oui, cet équipement de travail est également considéré comme un échafaudage dans la législation. Cela signifie que toutes les prescriptions qui sont reprises dans la réglementation sur les échafaudages sont d'application. En d'autres termes :
  • une note de calcul doit être disponible précisant, entre autres, la charge maximale admissible;
  • des instructions de montage et d'utilisation doivent être présentes sur le chantier;
  • les travailleurs qui travaillent sur ce type d'échafaudage doivent pouvoir démontrer qu'ils ont suivi une formation;
  • l'employeur qui autorise ses travailleurs à utiliser ce type d'échafaudage doit pouvoir démontrer qu'il a désigné une personne compétente qui peut effectuer les tâches prévues dans la législation. L'employeur doit également apporter la preuve que la personne compétente a suivi une formation en la matière.
Ce type d'échafaudage peut être monté très facilement par deux personnes, voire une seule personne. Dans la pratique, cela signifie souvent qu'une seule personne compétente est désignée pour chaque échafaudage roulant, étant donné que le monteur de l'échafaudage et l'utilisateur sont généralement la même personne (cf. les deux derniers points de l'énumération en supra).

Y a-t-il des règles de sécurité spécifiques ?

Comme il s'agit d'un échafaudage roulant, toutes les prescriptions pour échafaudages roulants sont d'application. Ce qui implique :
  • la mise en place de stabilisateurs lorsque l'échafaudage roulant dépasse une certaine hauteur et ce, conformément aux prescriptions du fabricant;
  • que, lors du déplacement de l'échafaudage avec stabilisateurs, ces derniers peuvent être raccourcis de quelques centimètres seulement;
  • que, lors du déplacement de l'échafaudage, aucune personne ne peut se trouver sur la plateforme de travail.

Cet équipement de travail doit-il être contrôlé périodiquement ?

La réponse à cette question est un peu plus nuancée. Si l'entraînement de la plateforme de travail se fait via un câble qui s'enroule et se déroule, cet appareil sera considéré comme un engin de levage et devra être contrôlé tous les trois mois par un SECT. Dans ce cas, l'équipement de travail doit également être muni d'un dispositif antichute afin que la position de la plateforme reste bloquée lorsque la source de puissance se coupe ou lorsque le câble casse.
 
La plupart des échafaudages roulants à plateforme de travail mobile qui sont actuellement sur le marché utilisent toutefois une variante à l'entraînement à crémaillère, comparable aux plateformes de travail avec entraînement à crémaillère. Dans ce cas, l'engin n'est pas soumis légalement au contrôle trimestriel par un SECT. Bien entendu, l'obligation selon laquelle l'engin doit être contrôlé régulièrement et, selon les instructions du fabricant, par une personne compétente (qui a donc été désignée par l'employeur), reste d'application.
 

Publié 14-09-2015

  23