TMS : comment empêcher les douleurs, incapacités de travail et coûts ?

Près de la moitié de tous les employés de bureau souffrent de troubles musculo-squelettiques liés au travail. Les incapacités de travail et coûts y afférents sont considérables. Voilà ce qui ressort d’un sondage réalisé par le service de prévention externe de Liantis auprès de 2 247 travailleurs.

Selon les résultats d’un sondage réalisé par le service de prévention externe de Liantis auprès de 2 247 travailleurs, près de la moitié de tous les employés de bureau se plaignent de douleurs physiques liées au travail. La position assise non ergonomique adoptée lors d’un travail de bureau provoque non seulement une douleur physique chez le travailleur, mais entraîne également un coût important pour l’employeur. Les travailleurs qui souffrent de douleurs à la nuque, au dos, aux épaules ou aux mains totalisent en moyenne 21,5 jours d’incapacité de travail, ce qui coûte pas moins de 3 159 euros à l’employeur.

Douleurs

Le service de prévention externe de Liantis a interrogé 2 247 collaborateurs qui passent chaque jour de nombreuses heures derrière leur écran d’ordinateur. Au cours des douze derniers mois, près de la moitié des employés de bureau interrogés ont souffert de douleurs au dos ou aux poignets. Les douleurs suivantes sont les plus fréquentes :
  • douleurs à la nuque (48 %) ;
  • douleurs dans la région lombaire (37,3 %) ;
  • douleurs aux épaules (33,8 %) ;
  • douleurs dans le haut du dos (20,6 %) ;
  • douleurs aux mains et/ou aux poignets (18,5 %).

Incapacité de travail : durée et coûts

Pour 5,9 % des travailleurs, les douleurs liées au travail ont entraîné une incapacité de travail. Pour les douleurs dans la région lombaire, le pourcentage s’élève à 7,4 %. Le nombre d’absences semble relativement faible, mais le nombre de jours d’incapacité de travail s’élève en moyenne à pas moins de 3 semaines. Les douleurs aux épaules entraînent même, en moyenne, jusqu’à 30 jours d’incapacité de travail.

Une journée de maladie d’un employé coûte, en moyenne, au moins 146,95 euros à l’employeur. Ce calcul est basé sur un salaire de 2 500 euros bruts en plus duquel l’employeur doit encore payer des cotisations ONSS.

En appliquant ce montant à une incapacité de travail de 30 jours, le coût s’élève à au moins 4 410 euros pour l’employeur. En réalité, il convient de tenir compte des coûts supplémentaires comme le pécule de vacances ou les coûts liés au remplacement. 

Prévention par l’ergonomie

Siel Vervalle de Liantis constate que les douleurs signalées par les travailleurs sont liées aux conditions ergonomiques au travail. L’équipe de Liantis donne dès lors les conseils suivants en vue de réduire ou de prévenir les douleurs ergonomiques dans un environnement de bureau :
  • Le bas du dos doit être bien soutenu, par exemple par une chaise de bureau ergonomique équipée d’une partie réglable pour le bas du dos.
  • La chaise doit être réglée correctement à tous les niveaux (assise, accoudoirs) et doit ensuite être utilisée correctement par les travailleurs. Outre l’importance de disposer d’une bonne chaise, il est également recommandé de former son utilisateur.
  • Une bonne hauteur de bureau réduit le risque de douleurs au niveau de la nuque et des épaules. Pour réponde aux différentes tailles des collaborateurs, il est recommandé d’opter pour des bureaux réglables.

Plus d'informations sur senTRAL:

 

Publié 21-06-2019

  43