Travail à domicile et ergonomie : règles de base

Compte tenu des mesures mises en place pour lutter contre le coronavirus, de très nombreuses entreprises et encore plus de travailleurs se retrouvent soudainement dans une situation inédite : presque tout le monde travaille (temporairement) de chez soi, y compris les collaborateurs qui n’en ont pas l’habitude en temps normal. Dans cet article, nous vous donnions déjà plusieurs conseils en matière de prévention des risques liés au travail à domicile. Professeur d’ergonomie à la VUB, Veerle Hermans nous rappelle plusieurs astuces pratiques pour l’aménagement optimal d’un bureau à domicile.

Dans notre société actuelle, de nombreuses entreprises ont déjà instauré le télétravail pour ses multiples avantages : gain de temps en évitant les déplacements domicile-travail, choix du lieu de travail, respect de son propre rythme (pour autant que les tâches soient terminées à la fin de la journée), et surtout : possibilité de s’isoler et de se concentrer ce qui, dans les bureaux paysagers actuels, est souvent compliqué.
L’entreprise y trouve également un intérêt économique : elle doit prévoir moins d’espaces de travail dans ses bureaux puisque les travailleurs sont nettement moins présents en nombre au même moment.
Résultat : près d’un quart des Flamands travaillent de temps en temps à domicile. À partir du moment où vous travaillez à domicile à intervalles réguliers et où cela est prévu dans votre contrat de travail, votre poste de travail doit, comme au bureau, respecter certaines règles en matière d’ergonomie.

(photo: Michael Soledad – Unsplash)

Mais à l’heure actuelle, le travail à domicile est essentiellement mis en avant comme mesure de prévention contre le coronavirus. Les travailleurs à domicile sont donc nettement plus nombreux qu’en temps normal.

En ma qualité d’ergonome, je voudrais apporter ma pierre à l’édifice en récapitulant quelques mesures à mettre en place pour favoriser l’ergonomie de vos conditions de travail à la maison. Le principe est simple : aménagez votre poste de travail en essayant de respecter le plus possible les règles de base de l’ergonomie.
1. Position assise
Commencez par adopter une position assise correcte, idéalement sur une bonne chaise de bureau. Placez la chaise de manière à positionner vos genoux légèrement plus bas que vos hanches, cuisses légèrement inclinées vers le bas. Vous garderez de cette manière une meilleure posture du bas du dos. Si vous utilisez une simple chaise (de cuisine), placez un coussin supplémentaire dans votre dos pour un meilleur soutien lombaire. Vous pouvez aussi vous surélever légèrement grâce à un coussin d’assise qui vous incitera en outre à adopter une position moins statique puisqu’il implique des micromouvements. Cependant, si vous travaillez plus souvent à la maison, il deviendra indispensable d’investir dans une chaise de bureau de qualité.
2. Hauteur de la table
La hauteur correcte d’une table de travail est celle où vos bras sont alignés avec votre corps et vos avant-bras sont en position horizontale. Vos coudes forment alors un angle de 90 °. Si votre table de travail est trop haute, prenez une chaise légèrement surélevée et ajoutez si nécessaire un marchepied sous vos pieds.
3. Hauteur de l’écran d’ordinateur
La hauteur de votre écran d’ordinateur doit correspondre à la hauteur de vos yeux. Votre écran se trouve donc juste devant vous, comme si une ligne horizontale était tracée entre le dessus de l’écran et votre hauteur. Et si vous utilisez un ordinateur portable ? La meilleure solution est de relier votre PC portable à un écran externe positionné à la bonne hauteur et d’utiliser un clavier et une souris externes. Si vous n’avez pas d’écran, vous pouvez aussi placer votre PC portable sur un support. Cela vous permettra d’adopter une meilleure position de la nuque. Ne posez donc pas votre PC portable à plat sur la table. Vous n’avez pas de support pour PC portable, mais bien un clavier et une souris ? Adaptez dans ce cas la hauteur de l’écran en posant votre PC portable sur plusieurs gros livres. Attention, l’écran ne doit pas être trop éloigné sinon vous devrez pencher la tête vers l’avant pour pouvoir lire.
4. Bougez !
Même si vous adoptez une position ergonomique correcte, votre corps a besoin de rester dynamique. La position assise est en train de devenir la nouvelle maladie professionnelle de notre époque. Levez-vous régulièrement et bougez. Par exemple, marchez pendant que vous examinez un document, téléphonez en vous promenant dans la maison ou dans le jardin. Faites en sorte de vous lever au moins toutes les 45 minutes.
De petits exercices en position assise vous aideront aussi à prévenir les raideurs de la nuque. Par exemple :
Mouvement circulaire des épaules :
Nos épaules sont inclinées vers l’avant dans tous les gestes du quotidien : dactylographier, écrire, téléphoner, manger, conduire... Il est donc important de ramener régulièrement les épaules vers l’arrière.
Effectuez de petits mouvements circulaires des épaules vers l’arrière, environ cinq fois. Faites ensuite cinq mouvements plus amples. Posez les mains sur les épaules et répétez les exercices mais en alternant l’épaule gauche et l’épaule droite. Effectuez aussi de légers mouvements du tronc afin d’étirer un peu vos muscles latéraux.
5. Poste de travail
Choisissez un endroit dans votre maison où vous disposez d’une table qui ne se trouve pas contre le mur : vos yeux étant continuellement focalisés sur l’écran, ils ont aussi besoin de regarder régulièrement au loin. Ne placez pas non plus votre table devant une fenêtre. La lumière entrante peut provoquer un léger éblouissement et, par conséquent, une fatigue oculaire. Enfin, pour éviter tout reflet sur l’écran ou un éblouissement indirect, ne vous positionnez pas dos à la fenêtre. L’idée est donc de positionner votre table en oblique pour que la lumière du jour entre latéralement. La lumière du jour est en effet la meilleure alliée de votre rythme biologique et de votre motivation. Pour cette même raison, pendant votre temps de midi, prévoyez une pause (active) à l’extérieur. Cela vous sera également bénéfique !
6. Isolement
D’autres membres de la famille sont peut-être présents à la maison. Privilégiez dans ce cas un endroit au calme où vous pouvez vous concentrer pleinement sur vos tâches. Imposez-vous une certaine discipline afin de ne pas être dérangé. Aujourd’hui, nous sommes constamment interrompus par des mails, des bips et toutes sortes de signaux qui nous déconcentrent. N’hésitez pas à désactiver toutes ces alertes durant les périodes où vous avez besoin de concentration. Organisez des moments de concertation (sur Skype, par exemple) avec vos supérieurs hiérarchiques et collègues et fixez des délais. À la fin de votre journée de travail, cela vous permettra d’éteindre votre ordinateur avec un sentiment de satisfaction

Plus d'informations sur senTRAL:

Qu'est-ce que le télétravail ? Check-list télétravail Télétravail : quand est-il question d'accident du travail ? Quand est-il question d'accident du travail ?
Nos actualités sur le coronavirus

Publié 30-03-2020

  508