Sécurité

Travail en milieu humide : un facteur de risque d’inflammation de la peau

Les troubles épidermiques liés au travail sont classés seconds dans la liste des maladies professionnelles les plus courantes, après les troubles musculosquelettiques. Dès lors, les chercheurs Brehozy et Keegel ont réalisé une étude littéraire qui permet d’avoir une meilleure vision des personnes exposées, des causes de ces troubles épidermiques, et des mesures de prévention qui peuvent être prises.
Qu’est ce que le travail en milieu humide?
  • Au moins 2 heures par jour en contact direct avec des liquides;
  • Devoir porter des gants imperméables au moins 2 heures par jour;
  • Se laver les mains au moins 20 fois par jour.
Quels risques?
Les recherches antérieures montrent que l’exposition fréquente aux liquides au travail augmente le risque d’eczéma ou d’autres troubles épidermiques. Dans la plupart des cas le travail en milieu humide va de pair avec l’utilisation de détergents et de produits de nettoyage, qui engendrent encore des risques supplémentaires.
Qui court un risque?
 
Les travailleurs d’un grand nombre de secteurs peuvent être confrontés à une importante expositions aux liquides durant leur travail. C’est le cas notamment des:
  • prestataires de soins
  • coiffeurs
  • techniciens de surface
  • travailleurs de la construction
  • agriculteurs
  • personnel de l’hôtellerie
  • menuisiers
  • transformateurs de caoutchouc
  • travailleurs du secteur alimentaire
  • fleuristes
  • ouvriers de la métallurgie
Mesures de prévention
Dans la plupart des lieux de travail les mesures de prévention sont insuffisantes quant aux risques du travail en milieu humide. L’Allemagne  a cependant développé depuis 1996 certaines lignes directrices qui recommandent aux employés de:
  • ne pas travailler plus de deux heures par jour avec des produits liquides dans leurs mains
  • porter maximum quatre heures par jour des gants imperméables
  • limiter le lavage des mains à si possible 20 fois par jour.
Ces lignes directrices portent leurs fruits. Parmis les coiffeurs le nombre de troubles de la peau a chuté entre 1990 et 1999 de 194 à 18 cas sur 10.000 travailleurs.
 
En outre, des formations sur les soins de la peau peuvent aider les travailleurs.
 
La cortisone comme traitement des troubles de la peau a déjà provoqué des discussions et risque d’engendrer des effets négatifs pour la santé. Les chercheurs recommandent de surtout mettre l’accent sur les mesures préventives.
 
 
L’article peut être consulté en intégralité à cette adresse.

Plus d’infos sur senTRAL:

Publié 28-01-2015

  405