Un dispositif portable 100 % belge pour le respect de la distanciation sociale sur le lieu de travail

La distanciation sociale est une nouvelle réalité de notre quotidien, également au travail. Lopos, une spin-off d’imec et de l’université de Gand (UGent), ont mis au point une technologie permettant de créer des solutions de sécurité basées sur le positionnement et la télémétrie.

La distance physique, la nouvelle norme sociale du mètre et demi entre chaque individu, pose beaucoup de problèmes sur le lieu de travail. Dans la quête d’outils conviviaux et précis contribuant à la mise en application des consignes en matière de distanciation sociale dans les environnements professionnels, une entreprise belge lance aujourd’hui « SafeDistance », un appareil portable qui mesure en temps réel et en continu sa distance par rapport aux autres appareils SafeDistance. Après plusieurs études pilotes concluantes menées dans des entreprises des secteurs du bâtiment, de la chimie et de la métallurgie, Lopos a démarré la production de masse. La spin-off souhaite commercialiser le dispositif dès la fin du mois de mai.



Solution intuitive
« La sortie progressive du confinement se traduit par le redémarrage des entreprises et le retour des travailleurs sur le lieu de travail. Il n’est pas toujours facile de respecter les règles connues en matière de distance physique. Leur transgression n’est pas volontaire, mais résulte d’habitudes sociales. En lançant SafeDistance, nous voulons aider les entreprises et les organisations à encadrer comme il se doit les activités professionnelles impliquant de nombreux contacts étroits entre collaborateurs. Ce dispositif, qui se porte sur soi, est intuitif, c’est-à-dire qu’il ne requiert aucune intervention de la part de l’utilisateur. Il suffit qu’il l’attache à son porte-clés, à sa ceinture ou à une lanière autour du cou. Lorsqu’il s'approche trop près d’un collègue (sur la base du périmètre préconfiguré, par exemple 1,50 ou 1,65 mètre), il est averti par un signal sonore et par la vibration de l’appareil ou par la LED en option », explique Jen Rossey, CEO de Lopos.
Le capteur de SafeDistance fonctionne grâce à une technologie ultra large bande (ULB) développée par imec et l’UGent. À la base, il s’agit d’une technologie de communication sans fil, mais elle se prête parfaitement à la radiotélémétrie longue portée. Notre marge d’erreur est de l’ordre de 15 centimètres, ce qui signifie que nous pouvons mesurer avec précision les écarts entre 1,50 et 1,70 mètre par exemple. Avec un appareil Bluetooth, cette marge d’erreur est bien plus grande : la faiblesse du signal peut entraîner des écarts de plusieurs mètres selon que l’appareil est porté dans une poche avant ou arrière. La fiabilité du Bluetooth est insuffisante pour garantir un feed-back direct.
Protection des données
« Dans le cadre de nos projets pilotes, nous avons constaté que les utilisateurs modifiaient très vite et de manière intuitive leur comportement dans le bon sens. Certains projets sont encore en cours, car SafeDistance a suscité l’enthousiasme des travailleurs. Je tiens à insister sur le fait que notre appareil fonctionne de manière totalement autonome, dans le respect de la vie privée des utilisateurs. Aucune donnée n’est enregistrée dans une banque de données, un serveur ou sur le capteur même. Résultat : les entreprises et organisations intéressées peuvent rapidement adopter le système. Nous remarquons en effet que les syndicats soutiennent souvent le recours à des solutions respectueuses de la vie privée des utilisateurs parce qu’elles permettent d’éviter tout conflit entre le souci d’assurer la sécurité pour le personnel et l’enregistrement de données personnelles. La crise actuelle du COVID-19 menace d’ébranler nos libertés et le respect de notre vie privée. Nous y apportons une solution honnête, sans risque de dérives », poursuit Jen Rossey.
Projet de recherche commun
SafeDistance est le fruit d’une collaboration entre Lopos et imec. « Tout centre de recherche a la responsabilité sociétale de commercialiser tout développement technologique prometteur issu de sa R&D en créant une spin-off. Nous sommes très fiers que Lopos puisse aujourd’hui proposer une solution qui répond à un défi auquel les entreprises sont actuellement confrontées : garantir la sécurité au travail en période de pandémie », commente Michael Peeters, directeur du programme Connectivité chez imec. Cette solution a vu le jour grâce à l’expertise d’imec dans le domaine des logiciels pour l’ultra large bande et le sub-GHz, la télémétrie et la conception de matériel. « IDLab aide les produits innovants comme celui-ci, qui sont le fruit de projets de recherche communs. Nous avons l’infrastructure nécessaire pour tester le matériel dans des conditions d’utilisation réalistes », précise Eli De Poorter, professeur à l’IDLab, un groupe de chercheurs rattaché à Ugent et à imec.
Autres applications dans le domaine de la sécurité
AkzoNobel fait partie des entreprises qui ont testé SafeDistance et l’essai a été concluant. Selon Stefaan De Block, les équipes ont très bien réagi au fonctionnement de l’appareil : « Nous avons immédiatement constaté un changement au niveau de l’interaction au sein des équipes, et plus de 90 % de nos travailleurs se disent d’ailleurs prêts à continuer à utiliser le dispositif. »
Jen Rossey ajoute que le système conservera toute son utilité après la crise du coronavirus, par exemple comme instrument de sécurité supplémentaire dans des environnements de production ou pour la prévention des collisions entre des chariots élévateurs et des personnes. Lopos confie avoir déjà reçu plusieurs commandes importantes émanant de clients de différents secteurs au cours des deux dernières semaines.


Auteur: Geert Van Cauwenberge

Publié 27-05-2020

  211