Sécurité

Un gestionnaire risque six mois de prison après un accident de travail

Suite à un accident ayant eu lieu fin 2013 et au cours duquel un travailleur a été enseveli sous une couche de terre, un employeur est poursuivi en justice.

L’accident de travail est survenu lors de la construction d’un village de vacances. La victime se tenait dans une tranchée de deux mètres de profondeur lors de travaux de drainage lorsque celle-ci s’est subitement effondrée. Il était alors enterré jusqu’à la taille et a subi plusieurs fractures. «Le gestionnaire n’a pas pris les mesures suffisants pour soutenir la tranchée et n’a pas suffisamment informé la victime sur les risques», affirme l’auditeur du travail.
 
L’avocat du gestionnaire réclame l’acquittement. «Lorsque la tranchée s’est effondrée, la victime se tenait dans un endroit profond d’à peine 1,30 mètre. Il n’est tout de même pas nécessaire de la soutenir? De plus il ne devait pas se mettre dans cette tranchée et était suffisamment formé». Le gestionnaire risque six mois de prison et une amende de 600 euros.  
 
La victime travaille encore avec le même employeur et n’a plus de séquelles de l’accident. Il a été entretemps dédommagé par les assurances. Il n’est plus partie civile.

Voir aussi sur sentral:

Publié 06-11-2015

  71