Sécurité

Une personne contrôlée sur trois travaille au noir

Lors de contrôle de l’INAMI réalisés l’année passée chez 980 travailleurs en incapacité de travail, il est apparu que 304 effectuaient du travail au noir. Ce qui représente environ un travailleur sur trois. Les contrevenants se voient sanctionnés d’une amende.

Il s’agit de personnes qui ont été contrôlés médicalement à plusieurs reprises : un contrôle par le médecin de famille et une évaluation par le médecin-conseil du Fonds des maladies. Presque tous les contrôles ont eu lieu après plaintes des voisins, suite à une demande des services d’inspection, des auditeurs et du Fonds des maladies sur initiative de l’INAMI. «Les contrôles réalisés au hasard ont peu de sens», explique l’INAMI.

Le fait est que seuls un pourcentage minime des personnes invalides sont contrôlées quant au travail au noir, moins de 0,3%. Fin de l’année passée notre pays comptait au moins 370.400 «invalides», des travailleurs et indépendants qui était hors du marché du travail depuis plus d’un an. C’est un record.

L’INAMI souligne qu’attraper les malades de longue durée qui travaillent au noir n’est pas une chose facile. C’est un processus qui prend du temps car l’INAMI doit prendre en flagrant délit les malades lorsqu’ils sont en train de travailler.

Publié 26-05-2016

  187